Mon intervention dans le débat sur la sécurité routière





Monsieur le Ministre,


Pour sauver des vies, Monsieur le Premier Ministre a dit qu’il acceptait d’être impopulaire. Il a raison d’agir, en effet, puisque la mortalité sur les routes est repartie à la hausse avec plus de 3600 tués et 70 000 blessés par an.


Néanmoins cette mesure suscite beaucoup de mécontentements dans les départements ruraux comme le Jura. Elle est perçue comme pénalisante pour les habitants qui ont de longs et fréquents trajets à accomplir pour leur travail, notamment, dans un monde où tout s’accélère, et où il faut se déplacer vite.


Pouvez-vous nous garantir que les effets de la limitation de vitesse seront évalués et que si son efficacité n’etait pas démontrée, elle pourrait être amendée ?


Au-delà de la vitesse, les facteurs de mortalité sur les routes sont nombreux et variés.

Certains sont traités par le plan du gouvernement avec d’autres dispositions tout aussi courageuses que vous avez énumérées.


Mais d’autres mesures régulièrement demandées par les associations des usagers de la route sont malheureusement absentes de ce plan :


- contre le non-respect des distances de sécurité et de l’usage des clignotants

- pour le port du casque obligatoire pour tous les cyclistes adultes et au delà de 12 ans

- pour les infrastructures : le doublement des glissières de sécurité pour les motards , un audit de l’infrastructure routière par départements pour cibler les défaillances les plus accidentogènes ;


- pour la prévention : la sensibilisation et l’éducation à la sécurité routière à l’ecole pourrait avoir une continuité plus systématique de la maternelle à l’université.

Les jeunes de 15 à 24 ans représentent presque 25% des tués et plus de 33% des blessés graves alors que ce groupe ne correspond qu’à 15% de la population ... Les jeunes sont un enjeu primordial du progrès de la sécurité routière.


- Enfin une attention particulière doit être portée aux infrastructures empruntées par les transports scolaires avec une priorité pour les investissements qui pourraient flécher les routes où circulent les bus, de même qu’il est urgent de mettre en place un plan d’actions pour sécuriser les passages à niveau.

Monsieur le Ministre, que pensez-vous de ces pistes largement consensuelles, feront- elles l’objet d’un prochain plan pour améliorer la sécurité routière ?

Articles récents
Archives