Une trajectoire ambitieuse pour le recyclage des plastiques

Dans l’hémicycle cet après midi j’intervenais pour rappeler que lutter contre la pollution #plastique est un objectif que nous partageons tous.

Mais interdire tous les plastiques à base de pétrole en 2030- ne permettait pas de doter la France d’outils réellement efficaces. Les #bioplastiques n’ont souvent rien de bio, ils contiennent de nombreux additifs et produits chimiques, ils nécessitent l'occupation de terres agricoles vivrières, une importante consommation d’eau et d'énergie. De plus, ils ne sont pas recyclables puisqu’il n'existe aucune filière de traitement spécifique. Abandonnés dans la nature, ils posent les mêmes problèmes que les plastiques conventionnels.


Interdire les plastiques traditionnels reviendrait à priver la France de matériaux essentiels, à pénaliser son économie et son industrie. Alors que les entreprises de la #plasturgie innovent et investissent depuis des décennies pour améliorer leurs performances écologiques et environnementales, économiser les ressources en faisant en sorte que les matières premières trouvent une valorisation en fin de vie, cette interdiction aurait mis à mal toutes les initiatives et les investissements engagés par la filière.


Dans un pays comme la France qui dispose d’un système de collecte et de gestion des #déchets, la pollution plastique est essentiellement due à l’abandon sauvage par accident ou par négligence de déchets dans l’environnement. La seule alternative est de réduire et de recycler tous nos déchets plastiques. C’est ce que nous avons visé avec la loi Relative à la lutte contre le gaspillage et pour l’économie circulaire (#AGEC) pour changer nos modèles de production et de consommation en dotant la France d’une stratégie nationale de « réduction, #réemploi et #recyclage » La loi AGEC fixe un cap zéro plastique à usage unique d’ici 2040 avec des étapes progressives. Elle prévoit 100% de recyclage des plastiques en 2025.


Nous avons fixé une trajectoire ambitieuse tout en donnant aux acteurs le temps et les moyens de la transformation.


En 2021, la loi climat et résilience vient encore renforcer la trajectoire définie dans la loi AGEC avec le développement de la vente en vrac et le plan d’investissement d’avenir #PIA4 qui accélère les stratégies du recyclage et la recherche de nouvelles technologies de réincorporation des matériaux. Nous avons également adopté le plan zéro plastique rejeté en mer d’ici à 2025 pour préserver les écosystèmes marins et littoraux.


N’oublions pas que les industries des polymères sont essentielles dans la vie moderne, elles ont contribué au progrès dans tous les domaines de notre vie quotidienne. Les polymères sont des alliés indispensables à la santé, pour sauver des vies ou pour freiner la propagation des virus et nous avons pu en mesurer les bienfaits lors de la pandémie de Covid.


La stratégie de lutte contre la pollution plastique se fonde aujourd’hui sur les usages plus que sur la nature des produits.


Et plus que des injonctions, nous avons besoin d'un changement culturel et l'éducation est au cœur de ce changement.


C’est dans ce contexte, que nous devons poursuivre la trajectoire que nous avons fixée dans le cadre de la loi AGEC. Ses objectifs de réduction, de réutilisation, de réemploi et de recyclage du plastique, fixés par décret, apparaissent être la meilleure solution pour lutter efficacement contre la pollution plastique en France. C’est pourquoi nous avons rejeté cette proposition de loi, dans l’hémicycle comme en commission.

Articles récents
Archives