La France importe encore trop de masques !


Sous l’impulsion d’ Agnès Pannier-Runacher ministre déléguée à l’économie, nous avons aujourd’hui en France une filière industrielle complète et compétitive de production de masques chirurgicaux et FFP2. Nous partions de très loin: la production est passée de 3,5 millions d’unités par semaine en mars 2020 à 100 millions par semaine aujourd’hui.

La filière compte actuellement une trentaine de fabricants de masques sanitaires contre quatre avant la crise Covid. Mais la France continue d’importer en masse des masques de Chine . Il est consternant de voir ces entreprises menacées par la concurrence agressive des importateurs étrangers.


L'État, lui, a pris ses responsabilités: le milliard de masques acheté pour reconstituer les stocks nationaux a été commandé à des producteurs français. Rappelons que la clause sociale et environnementale que nous avons rendue possible dans les appels d’offres, permet de favoriser des achats de produits français, en prenant dans les critères la qualité des produits, la sécurité d’approvisionnement et leur bilan environnemental, plutôt que le seul critère prix. Il en va du civisme de chacun. Acheter français, c'est soutenir nos emplois, notre système social et diminuer notre empreinte carbone.


Pour ce qui concerne le recyclage des masques j’ai rappelé hier dans l’hémicycle, le travail mené par la mission flash que j’ai conduite avec le député Gérard Leseul.


Pour des raisons sanitaires, les masques sont aujourd’hui collectés avec les ordures ménagères. Mais l'enfouissement ou l'incinération de plastiques, ne sont plus acceptables.


Nous avons constaté que des solutions locales de recyclage existent partout en France et nous avons fait des recommandations et des propositions que l’Etat doit accompagner. C’est un enjeu sanitaire, environnemental, économique mais également solidaire, qui est de taille. Il doit rassembler toutes les bonnes volontés.

Articles récents
Archives