Visite au laboratoire Medilys de Lons le Saunier

A l’invitation du Docteur Veyrat je me suis rendue au laboratoire Medilys de Lons le Saunier à l’occasion de l’arrivée de l’automate Maglumi acheté par l’Etat. Faisant partie du plan des 700 000 tests virologiques hebdomadaire voulus par le gouvernement Il va permettre de réaliser 2000 tests Covid par jour. Le ministre de la santé Olivier Veranet l’ARS de Bourgogne Franche Comté ont choisi MEDILYS dans le Jura comme laboratoire prioritaire pour la réalisation des tests virologiques RT-PCR.

Une dizaine de machines de ce type ont été installées en France, une quarantaine est commandée.

MEDILYS a été retenu en priorité comme laboratoire régional au même titre que dix autres sites CHU dont celui de Dijon et c’est le seul laboratoire retenu en France. Le savoir faire en biologie moléculaire et en virologie, l’expertise de ses biologistes et l’opérationnalité de ses réseaux maillant la région ont été déterminants.

Je m’en réjouis car c’est une chance pour le Jura et la région de garantir sur tout le territoire un accès de proximité aux prélèvements.

Cet équipement de haute technologie prêté par l’Etat est capable de traiter 2000 échantillons par jour avec de 9 à 25 paramètres en ligne, il est parfaitement dimensionné pour le dépistage de masse voulu par le gouvernement lors du déconfinement.

La technique actuelle demande des manipulations et réclame du temps, souvent plusieurs jours, avant de délivrer un résultat. L’installation de cette plateforme va rendre la réalisation du test beaucoup plus rapide et plus facile.

La mobilisation conjointe des laboratoires publics comme celui de l’hôpital ou privé ( le laboratoire vétérinaire de Poligny pourra aussi être mis à contribution pour 300 tests/ jour) est à souligner.

En France, une vingtaine de tests de diagnostic sont déjà disponibles pour le dépistage du Covid-19. Ces tests de biologie moléculaire sont très majoritairement produits à l'international en Asie. Il y a une demande mondiale très forte et les fournisseurs de réactifs et d’écouvillons doivent monter en puissance. Il y a également un risque de pénurie.

Nous devons tirer les leçons de cette crise, repenser le modèle économique français et relocaliser les chaînes de valeur avec pour priorité absolue celle des équipements, médicaments et des produits de santé. A l’image de quelques acteurs français, comme Biomérieux et AAZ bientôt rejoints par Eurobio Scientific dans l'Essonne qui produisent en France,

Articles récents
Archives