Rapport annuel de la cour des comptes

Monsieur Didier Migaud président de la cour des comptes est venu nous présenter son rapport annuel. D’après lui les efforts de redressement engagés par la France ces dernières années semblent s'essouffler « faute d'avoir complètement rétabli la situation de nos finances publiques par le passé, les pouvoirs publics ont aujourd'hui moins de marge de manœuvre pour soutenir l'activité du pays et protéger nos concitoyens les plus fragiles».

C’est ainsi que le plan d'urgence de 11 milliards d'euros, décidé par le Président de la République pour répondre à la crise des « gilets jaunes » va accroître les dépenses en 2019 et creuser le déficit public. Il devrait augmenter à 3,2 % du PIB cette année, après une baisse en 2017 et 2018, à 2,7 % du PIB.

Pour ne pas « dégrader encore la position de la France au sein de la zone euro » Didier Migaud appelle à une "réduction soutenue des déficits effectif et structurel", par une « maîtrise accrue des dépenses publiques ».


Apres une analyse de la situation d’ensemble des finances publiques à fin 2018, le rapport de la Cour des comptes expose une sélection d’observations suivies de recommandations, de mesures concrètes visant à améliorer l’utilisation des fonds publics et l’efficacité des services publics. Il met en exergue des échecs, mais aussi des progrès et des réussites.

Par exemple la Cour des comptes se réjouit du « renforcement »du règlement concernant les travailleurs détachés, et salue les résultats de l'inspection du travail.

Ou encore elle recommande aux Européens d'investir dans la conquête spatiale. Ils n’ont pas d’autre choix que d’unir leur efforts. Car les pays seuls ne disposent plus des « moyens budgétaires suffisants »pour faire face à une « compétition stratégique globale » face à l'arrivée de nouveaux géants aussi publics que privés comme les GAFA qui bouleversent les lignes. La cour des comptes appelle l'Etat à revoir sa gestion du mobilier de France et à engager sans plus attendre la redynamisation des ces activités.


Elle pointe aussi le secteur des Pompes funèbres, « insuffisamment contrôlé » qui manque de transparence en France, et dénonce les effets pervers de l'ouverture à la concurrence de ce champ d'activité qui a fait augmenter les prix.


Ce rapport très épais et très dense sur des domaines très variés, est une mine de renseignements sur les multiples facettes de la vie de notre pays. Il été analysé par notre rapporteur général du budget Joël Giraud. Il a rappelé que la majorité va instaurer une taxe sur les grands acteurs du monde internet pour 500 M€, reporter la baisse de l’impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises pour 1,7 Mds€ et réaliser une mesure d’économie sur les dépenses pour 1,5 Mds€.

Articles récents
Archives