Audition Monsieur Jean-Christophe Niel, Directeur Général de l’IRSN (Institut de Radioprotection et

Il a pour mission d'évaluer et de prévenir les risques accidentels ou chroniques pour l'homme et l'environnement, liés aux installations industrielles, aux substances chimiques et aux exploitations souterraines.

Pour l’Etat, il est indispensable de disposer de l’appui technique d’un établissement public comme INERIS, autonome et indépendant dans ses jugements, à la pointe des connaissances scientifiques et de l’évolution des technologies.

J’ai interrogé le Directeur sur le niveau de sûreté du nucléaire en France, sur les conditions de la poursuite du fonctionnement des réacteurs au-delà de 40 ans, sur l’etat des cuves de Tricastin et Bugey, sur la fabrication des pièces de Creusot Forge. sur la prochaine mise en service de l’EPR de Flamanville....

Toutes les dispositions techniques sont prises pour éviter incidents et accidents. La façon dont fonctionnent les centrales nucléaires françaises empêche l’emballement de la réaction de fission et l’explosion du réacteur nucléaire.

Depuis Fukushima les mesures de surveillance des risques d’inondation ont été renforcés. C’est ainsi qu’un examen est en cours sur les risques induits par le barrage de Vouglans.

En France, la sûreté des installations et l’organisation en cas de crise font l’objet d’améliorations continues, basées sur les réexamens et sur les retours d’expérience.

L’IRSN a suivi 400 000 travailleurs en 2017 dans le cadre des activités professionnelles utilisant des sources artificielles de rayonnements ionisants.

Le radon, considéré comme un gaz cancérigène certain pour l’homme par l’OMS est aussi un sujet de préoccupation de l’IRSN. Le stockage des déchets (comme Cigéo) est une priorité pour demain. Les sources de risques sont de plus en complexes , elles se multiplient.

L’État et l’IRSN élaborent conjointement un contrat quadriennal d’objectifs qui définit l’orientation des activités et détermine la stratégie de l’IRSN sur une période de quatre ans.

Les contrats pluriannuels répondent aux cahiers des charges des différents ministères de tutelle, et identifient les objectifs à moyen et long terme.


Être à l’écoute de la société et mieux communiquer avec elle, faire de la pédagogie pour développer la culture du risque et de la radioprotection, c’est la stratégie engagée par l’IRSN auprès du grand public et des établissements scolaires.


Les moyens humains et financiers alloués à l’IRSN dans le budget 2019 de l’Etat devront être à la hauteur de tous ces enjeux.

Articles récents
Archives