Interdiction des plastiques dans la restauration collective

Aujourd’hui à l’Assemblée nationale nous avons débattu d’un amendement visant à interdire tous les plastiques dans la restauration collective. Je comprends tout à fait l’objectif de précaution sanitaire ainsi que l’ambition environnementale qui est défendue à travers cette proposition qui serait cependant très difficile à mettre en œuvre pour les collectivités qui s’approvisionnent dans les cuisines centrales.

J’ai attiré attention sur le fait qu’ il existe une grande variété de plastiques avec des milliers de grades différents. Certaines sont effectivement dangereuses pour la santé. Il s'agit des polycarbonates, d’autres sont inertes. C’est le cas des contenants alimentaires en polypropylène de l’entreprise Herblast d’Orgelet dans le Jura , qui fabrique en se conformant scrupuleusement à la SNPE stratégie nationale des protections contre le perturbateurs endocriniens, copilotée par les ministères de la santé et de l’environnement et qui répond aux normes et exigences très strictes de la réglementation européenne REACH qui évalue l’innocuité des produits.

L’expérience de cette entreprise nous oblige à prendre une mesure plus précise et mieux ciblée conformément aux études scientifiques. Car s’il faut prendre des précautions, il ne faudrait pas entrainer la fermeture de sites industriels et détruire des centaines emplois, en mettant toutes les matières plastiques dans le même sac. Cette approximation jetterait l'opprobre sur nos entreprises vertueuses qui font au quotidien des efforts en investissant dans l'innovation et la recherche pour la qualité sanitaire de leurs produits.

L’amendement a reçu un avis défavorable du Ministre et du rapporteur du texte, il n’a pas été voté par l’Assemblée nationale.

Articles récents
Archives