Le PGE( prêt garanti par l’Etat),levier essentiel pendant la crise sanitaire

Le PGE( prêt garanti par l’Etat), a été un

pour permettre aux entreprises de résister aux conséquences de la crise sanitaire.


Avec d’autres mesures, les prêts garantis par l’État ont permis de consolider la trésorerie des entreprises. Dans le Jura, plus de 2 500 entreprises jurassiennes y ont eu jusqu’ici recours, pour un montant de 360 millions d’euros grâce à l’implication de la Banque de France sous la direction de Monsieur Denis Prat.


Le PGE est un prêt et non une subvention. Il appelle donc à un remboursement selon son échéancier initial. Nous sommes confiants sur la capacité des entreprises à rembourser leur PGE selon l’échéancier prévu. En effet, la très forte reprise économique a fait tomber le taux de défaut anticipé sur les PGE à seulement 3,8 %.


Toutefois, nous savons que ces bons résultats peuvent cacher des situations hétérogènes suivant les entreprises, et parfois plus dégradées.


Alors qu'approche l'échéance de remboursement de ces prêts à partir du mois de mars, j’ai fait part au ministre de l’économie Monsieur Bruno Le Maire de l’inquiétude des experts comptables et des chefs des entreprises qui restent encore fragilisées par la crise dans le Jura.


Il y a aujourd'hui des entreprises moyennes, de très petites entreprises, comme des commerçants, des artisans, des hôteliers, des restaurateurs, des personnes qui travaillent dans le bâtiment, dans les travaux publics qui voient arriver l'échéance du printemps prochain avec appréhension.


Ces difficultés ont été entendues : ils pourront demander un étalement du remboursement sur dix ans ou un décalage du remboursement à la fin de l'année. « Nous allons les aider", a assuré le Ministre.


Les entreprises pourront contacter directement le Médiateur du crédit sur le site (mediateur-credit.banque-france.fr) ou via le conseiller départemental à la sortie de crise à la Préfecture.


Concrètement :

La fin du remboursement du PGE depuis sa date d’octroi pourra aller au-delà de 6 ans, et, pour les entreprises les plus en difficulté, éventuellement, jusqu’à 10 ans ;


Dans certains cas les plus graves, un report du début du remboursement pourra être prévu. Exemple : un restaurateur ayant contracté un PGE, de 25 000€, dont l’entreprise est économiquement viable, mais qui en phase de remboursement du PGE n’arriverait plus à faire face aux dépenses d’entretien de son restaurant, pourrait aller voir le Médiateur pour réaménager son PGE.


Cette procédure sera gratuite, rapide, confidentielle et non-judiciaire. Par ailleurs, cette procédure ne sera déployée qu’au cas par cas pour les TPE les plus contraintes financièrement.


Pour le dire clairement, il n’est pas question que le PGE, qui hier a permis de sauver tant d’entreprises, conduise demain, en phase de remboursement, à étrangler des entreprises sur le chemin de la relance.

Nous ferons tout pour soutenir nos entreprises alors que nous connaissons un niveau exceptionnel de reprise économique.

Articles récents
Archives