Réunion de travail sur le thème du réemploi, de la réparation et de la destruction des invendus

A l’Assemblée nationale, réunion de travail sur le thème du réemploi, de la réparation et de la destruction des invendus, avec Mme Valérie Fayard, directrice générale d’Emmaüs France, de Mme Adèle Chasson, de Halte à l’obsolescence programmée (HOP), de M. Philippe Joguet et Mme Emilie Tafournel, directrice qualité de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD)

Même si le réemploi n’est pas forcement mis en avant dans notre société, les habitudes évoluent. Le succès des ressourceries, des échanges entre particuliers sur internet et des vide greniers connaissent le succès. Il n’empêche, les volumes de déchets de notre société de consommation ne cessent d’augmenter. Ceux de la filière textile en particulier. Le projet de loi économie circulaire poursuit deux objectifs: transformer nos façons de produire et de consommer pour passer à une économie circulaire et limiter la production de déchets.

J’ai questionné nos intervenants (globalement favorables à la loi) sur le principe de responsabilité élargie du producteur (REP) qui donne à de nombreux secteurs économiques l’obligation de mettre en place ou de contribuer au recyclage des produits mis sur le marché.

La loi prévoit la création de nouvelles REP : jouets, lingettes, matériaux du BTP. Si l’on considère les difficultés rencontrées actuellement par la filière textile avec l’eco TLC qui est insuffisante, il conviendra de bien calibrer le montant de l’écotaxe, de développer les débouchés sur le recyclage, et de revoir la gouvernance des éco organismes.

Articles récents
Archives