Le développement des transports : pour un meilleur déplacement des usagers


Le mardi 27 novembre 2018, Elisabeth Borne, ministre des Transports, est venue présenter le projet de loi mobilités, appelé « loi LOM », à l'Assemblée nationale. Cette loi, qui sera prochainement examinée à l'Assemblée nationale, possède pour objectif de résoudre la fracture territoriale en développant les déplacements du quotidien, pour tous les citoyens et sur tous les territoires.

Cette loi a été présentée en prenant en compte les besoins du terrain suite à une large concertation nommée « Assises de la mobilité » réalisée durant plusieurs mois avec les acteurs des transports.

Ainsi, afin de développer les déplacements du quotidien, davantage de moyens financiers seront accordés :

  • 2,6 milliards € sur 10 ans pour augmenter l’offre de trains du quotidien, là où il y en a besoin

  • 1 milliard € pour achever la réalisation d’une vingtaine d’axes routiers dans des territoires enclavés où les travaux se font attendre depuis plusieurs décennies

  • 1,2 milliard € pour aider les collectivités à développer leur réseau de transports en commun, les innovations et les véhicules autonomes

La loi mobilités permettra également de garantir les mobilités durables pour réduire nos émissions de CO² :

  • Des subventions seront attribuées aux collectivités pour développer les offres de covoiturage et mettre en place des voies réservées au covoiturage sur les grands axes

  • 350 millions € seront utilisés pour la mise en place d’un « plan vélo » et l’aménagement d’itinéraires cyclables

  • Les bornes de recharge pour véhicules électriques seront progressivement rendues obligatoires pour tous les parkings de plus de 20 places non-résidentiels

Cette loi est ainsi faite pour faciliter l’organisation des déplacements des usagers et pour agir pour les plus fragiles :

  • 100% du territoire sera couvert par des « autorités organisatrices de la mobilité » afin de coordonner les déplacements et de proposer de véritables alternatives à la voiture individuelle

  • Des aides seront attribuées par les collectivités locales aux personnes les plus fragiles (jeunes, séniors, chômeurs)

  • Les dispositions législatives au Parlement permettront de réduire le coût du permis de conduire ainsi que son délais d’obtention

Articles récents
Archives