Atelier législatif à ma permanence parlementaire : la parole aux agriculteurs

Donner la parole aux Agriculteurs afin qu’ils apportent leurs propositions et fassent part de leurs difficultés, car ils sont les principaux concernés par la future loi issue des ÉGA, telle était l'ambition de l'atelier législatif que j’ai organisé à la permanence. Cette loi «pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable» traduction législative des travaux de toute la filière agroalimentaire lors des états généraux de l’alimentation (EGA) va venir en discussion en mars à l’Assemblée nationale.

Le secteur agricole est un poids lourd de l’économie de notre pays et la vie de nos territoires ruraux. Pourtant nos débats ont montré beaucoup d’attente des participants de l'ensemble des secteurs de l'agriculture, viticulture et restauration collective qui étaient représentés.

Les échanges ont été très riches, ils nous permettront d’enrichir le texte et de faire des propositions d’amendements en particulier sur le calcul du prix de revient à prendre en compte dans la contractualisation afin que les agriculteurs puissent vivre de leur métier, sur la nécessité de la structuration en filière, d’ententes collectives car l’union fait la force, sur le foncier, l’installation des jeunes, la valorisation des circuits courts, l’étiquetage, la traçabilité, les labels à promouvoir en restauration collective, les zones défavorisées ...

En conclusion, nous avons constaté que dans notre département l’agriculture a entrepris depuis longtemps la transformation recommandée aujourd’hui avec ses pratiques innovantes comme le modèle coopératif, les circuits courts, les reconversions, la recherche de l’excellence, l’export, l’oenotourisme, l’agrotourisme, la restauration collective de qualité et la solidarité...

Les travaux ont été transmis à l’Assemblée. Mais l’espoir essentiel qu’apporte ce projet de loi est que « les prix soient meilleurs et plus justes »

Articles récents
Archives