Vote de la loi de confiance dans la vie politique

Après une longue séance de nuit à l'Assemblée nationale, tôt ce matin, nous avons voté la loi de confiance de la vie publique, adoptée à une très grosse majorité: 319 voix pour et 4 contre pour le projet de loi et 203 voix pour et 37 contre pour le projet organique.

Donc beaucoup de tintamarre et d'acharnement médiatique pour rien sur les prétendus "couacs" et " amateurisme" de la nouvelle majorité! Pourtant rien de nouveau sous le soleil!

Les débats houleux, le chahut, les invectives, parfois les attaques ad hominem, les incidents de séance provoqués volontairement par l'opposition quelle qu'elle soit, la mauvaise foi et les tactiques procédurières, c'est la tradition à l'Assemblée nationale! Et ce n'est pas la première fois que la situation dégénère sans que le président de séance en soit la cause. C'est le jeu classique de la vieille politique que certains veulent entretenir en bizutant , en faisant passer les nouveaux élus de la majorité pour des incapables et des incompétents. D'autant plus que le nombre important et inhabituel des groupes d'opposition entraîne une surenchère dans les prises et les temps de paroles.


À l'heure où l'on veut redonner la confiance aux Concitoyens, ( et où les vidéos tournent en boucle sur les réseaux sociaux) il est urgent de changer de logiciel et l' image de l'hémicycle, de prendre de la hauteur, avec des députés animés par le respect, la dignité, la capacité d'écoute mutuelle et la bienveillance, ce qui n'enlèverait rien bien au contraire à la visibilité et à la crédibilité des débats contradictoires. C'est l'exemple que nous montrent chaque jour les élus locaux de la plus petite à la plus grande commune de nos campagnes . Certains élus de la représentation nationale feraient bien de s'´en inspirer . C'est aussi l'état d'esprit de notre nouvelle majorité .


Mais ce qu'il faut retenir aujourd'hui, ce n'est pas le spectaculaire et le dénigrement, c'est le fond : nos objectifs sont atteints dans cette étape cruciale du renouveau démocratique, et c'est ce qui compte. Les vieux briscards de la procédure politicarde auront tout fait pour résister et donner un sentiment de cahot: rappels au règlement, suspensions de séances, chahut. Mais ni leur gesticulations ni la frénésie médiatique n' auront réussi à ébranler notre détermination à faire progresser l'éthique, la modernisation et la transparence de la vie publique.


La promesse du Président de la République est remplie, nos engagements de campagne sont tenus et au final ils font l'objet d'un large consensus.

Parmi de nombreuses mesures ils prévoient l'interdiction de l'emploi de collaborateurs de sa famille, la suppression de l'enveloppe pour frais de mandat (IRFM) et leur encadrement, ainsi que la prévention des conflits d'intérêts, et le financement de la vie politique.

50 heures de débat, 800 amendements examinés, une réforme en profondeur, que Nicole Belloubet Garde des Sceaux a su présenter et faire adopter avec beaucoup de patience, de pédagogie et de sagesse. Elle a salué à l'issue du vote " un grand acte de confiance sur lequel le gouvernement pourra s'appuyer".



Articles récents
Archives