À Saint-Didier chaque année le village se souvient de la page la plus terrible de son histoire


À Saint-Didier chaque année le village se souvient de la page la plus terrible de son histoire : massacre, exécutions sommaires et enfer de la déportation. Saint-Didier village résistant était un lieu d'hébergement et de dépôt d’armes pour la Résistance. Le 25 avril 1944, le village fut l’objet de représailles sanglantes.


Huit habitants furent fusillés par les nazis : Edgar Bezin, André Bugnet, Gilles Roger, Charles Guillemlin, André Guillot, Léon Outhier, Jean-Marie Pernin, Camille Tissier. Onze maisons furent incendiées. Il y a aussi eu la déportation à Ravensbrück de Madeleine Guillemin âgée de 31 ans et Marie-Louise Tissier, 28 ans, revenues d’Allemagne le 8 mai 1945.


Une cérémonie émouvante, avec le vibrant discours du Maire, rehaussée en musique par le Chœur des Mouraches. Pour ne jamais oublier.

Articles récents
Archives