21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 13:34
Les Pompiers coûtent cher et alors?
Les Pompiers coûtent cher et alors?
Les Pompiers coûtent cher et alors?

Les Pompiers coûtent cher et alors?
Seuls les chanceux qui n'ont jamais eu besoin de les appeler (et je leur souhaite que ce soit pour longtemps)
peuvent dire qu'ils coûtent trop cher !
Dans le Jura le coût des secours est parmi les moins chers de France.


Il ne faut pas tirer sur l'ambulance, et fragiliser le seul service de proximité subsistant et disponible 24h /24 et 7 jours / 7 où que l'on habite, et qui que l'on soit, dans un département rural, montagneux avec un habitat dispersé et des déserts médicaux.


NON, les Pompiers ne coûtent pas trop cher.
Chaque jour sous nos yeux, nous les voyons incarner les valeurs de solidarité et de fraternité de notre modèle républicain.
Cela n'a pas de prix.
Comme l'a rappelé Monsieur le Préfet cette année, les Pompiers du Jura ont assuré 16 000 interventions.


Nous avons dit en séance publique à Monsieur le Président du Conseil départemental et du SDIS, que par le passé il est souvent arrivé qu'une subvention d'équilibre soit apportée au budget du SDIS par le Conseil général, qui cotise de toute façon encore moins que les communes.
Ce sera le cas cette année, en raison d'une augmentation des interventions de 8%.


Il n'y a pas eu de mauvaise gestion comme le laisse entendre la nouvelle majorité.

Alors qu'elle était dans l'opposition, elle a voté sans réserves et comme un seul homme tous les budgets 2014 et 2015 du SDIS ainsi que toutes les décisions prises. Quand on a voté pour, on assume et on ne critique pas!

Les Pompiers coûtent cher et alors?
Les Pompiers coûtent cher et alors?
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 11:19
Sainte Barbe 2015
Sainte Barbe 2015
Sainte Barbe 2015

A Poligny, à Sellières, à Chaumergy, à Bletterans, la Sainte Barbe a rassemblé la grande famille des Sapeurs Pompiers. Comme les nombreux élus locaux présents, et cette année avec Philippe Antoine, je suis chaque fois, heureuse de m'associer à ce moment traditionnel, convivial et officiel avec la remise de médailles, de galons, de diplômes. C'est l'occasion de témoigner à nos Sapeurs Pompiers notre gratitude, notre estime et notre soutien.

Car nous mesurons notre chance de les avoir présents sur nos territoires, disponibles tous les jours de l'année, 24 heures sur 24.
 Ils sont la force sur laquelle on peut toujours compter, que ce soit dans les tragédies d'envergure comme celle qui vient d'endeuiller notre pays ou dans les drames de la vie quotidienne, lorsque nous sommes touchés au plus sensible de nos vies, dans le désarroi ou la difficulté face à un sinistre.
Aucune intervention n'est anodine, aucune intervention n'est sans danger.
Les élus comme la population, voient tous les jours les pompiers à l'œuvre, et à chaque intervention ils peuvent apprécier  les qualités humaines et techniques déployées. Qualités humaines faites d'abnégation, de courage, de générosité, d'amour du devoir et des autres. Nous n'ignorons pas non plus le lot de sacrifices consentis, pour les heures de formation, d'entraînement physique et technique, pour les astreintes qui amenuisent le temps destiné à la famille et aux loisirs personnels.
 
Le Conseil départemental, quelle que soit sa majorité, est conscient de la valeur de notre modèle de sécurité civile,bien ancré sur l'ensemble du territoire, fondé sur le volontariat et aujourd'hui envié dans le monde entier pour son efficacité.
 
Après les élections départementales , le Conseil d'administration du SDIS dont je fais partie a été renouvelé partiellement, avec un nouveau PrésidentClément Pernot President du Conseil départemental et 14 conseillers départementaux +  8 représentants des maires et EPCI élus en 2014 dont François PERRODIN Maire de Bletterans.
Malgré le refrain récurrent des baisses de dotation aux collectivités, le  SDIS du Jura  se porte bien avec un budget maintenu de 16 millions d'euros, une activité en hausse de 8,4% soit 16 700 interventions assurées par 1707 pompiers volontaires et 97 professionnels.
Depuis 2008, les Conseils d’Administration successifs et leurs présidents ont travaillé à bâtir un SDIS 39 solide et performant garantissant la sécurité des Jurassiens et la protection de leurs biens.

Le travail n’a pas été facile ; les territoires ruraux tout comme les villes de Lons et Dole connaissaient des retards considérables en équipement, avec un parc immobilier vieillissant et obsolète.

 

Sainte Barbe 2015
Sainte Barbe 2015
Sainte Barbe 2015

Du point de vue de la construction et de la réhabilitation des casernes, le plan pluriannuel a atteint un niveau inégalé de 2011 à 2015 avec des projets phares et structurants comme le grand Dole et le lancement de Lons, ou des petits projets de maillage du territoire rural. En 2015 auront été inaugurées les casernes de Chaumergy Chaussin, La Marre, le Grand Dole et La Vallière (Courlaoux)

Sont en cours les projets de Lons-le-Saunier, Andelot, Les Rousses, La Bienne. 

 

Depuis 2011, près de 9 millions d’euros HT ont été investis dans les centres d’incendie et de secours, 

 

Le nombre de bâtiments est aujourd’hui de 60 casernes auquel il convient de rajouter la DDSIS (Montmorot) et la plateforme logistique (Lons).

 L’année 2015 a été marquée par la poursuite des investissements dans les véhicules permettant à la fois d’améliorer la qualité et la sécurité des interventions mais également de rationaliser le parc pour un budget de 910 000 €.

1 Camion-Citerne Rural
5 ambulances
3 Véhicules légers tout usage
2 Véhicules de liaison

Le renouvellement des uniformes et des casques se poursuit pour répondre aux exigences des nouvelles normes.

L'allocation de vétérance est peu à peu alignée sur la prime de fidélité, petite reconnaissance bien légitime pour les anciens Sapeurs Pompiers qui ont transmis au fil des générations, la tradition, les valeurs et l'esprit de corps enracinés sur l'ensemble du territoire jurassien.

 

Dans nos casernes les jeunes Sapeurs Pompiers se préparent à assurer la relève.

Alors qu'on la caricature parfois, ils nous donnent l'image d'une jeunessse dynamique, courageuse et motivée. Ils sont auprès des autres les ambassadeurs des valeurs citoyennes de solidarité et de fraternité. Le SDIS est à leurs côtés pour les encourager, les soutenir et les former.

 

Sainte Barbe 2015
Sainte Barbe 2015
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 11:57
Jura Bétail en assemblée générale
Jura Bétail en assemblée générale
Jura Bétail en assemblée générale

 

Assemblée générale de Jura Bétail à CRANCOT.
Les Conseillers départementaux sont toujours invités à l'AG de Jura Bétail.
Pour ma part, j'ai toujours été fidèle au rendez vous. 
Il est important de soutenir notre modèle d'agriculture et en particulier l'élevage Jurassien, ce modèle d'excellence, d'une filière complète qui commence avec la sélection, les naissances, le travail des éleveurs, la transformation dans les fruitières, l'affinage, puis la commercialisation. Tout cela repose sur l'organisation en coopératives née dans le Jura. Elles ont traversé les siècles et les crises et montrent leur pertinence dans la mondialisation.
Ce matin, le rapport d'activité de Jura Bétail montre l'utilité et l'efficacité de la structure dans le service rendu aux éleveurs. 
Ce qui ne doit pas faire oublier la situation préoccupante de beaucoup d'exploitations. Le Conseil départemental a soutenu de façon significative l'agriculture jurassienne ces dernières années, il devra continuer. La minorité du Conseil départemental sera vigilante.
Car le prétexte d'économies budgétaires en raison des baisses de dotations de l'Etat est une fausse bonne idée, il y a des priorités quand il s'agit du maintien de l'agriculture, de la création de richesses, de l'emploi dans nos campagnes, du développement de nos AOC, de la préservation de l'environnement, de la conservation de nos beaux paysages, bref de notre patrimoine culturel et naturel. 
Nous voulons tous que les belles Montbéliardes continuent à paître paisiblement dans nos prairies fleuries, et que les fermes et les fruitières animent durablement les communes de nos cantons. 
Jura Bétail en assemblée générale Jura Bétail en assemblée générale
Jura Bétail en assemblée générale Jura Bétail en assemblée générale
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 10:23
Inauguration du plateau sportif de Grozon
Inauguration du plateau sportif de Grozon
Inauguration du plateau sportif de Grozon

C'est sous la neige que le plateau sportif de Grozon a été inauguré samedi 

matin en présence des élus, des enseignants des présidents d associations et des habitants. 
Comme l'a dit le Maire, cet équipement mis à la disposition des écoles et de la population est aussi un lieu de vie, de rencontre et de convivialité, qui dynamise et anime le village. 
 Les jeunes et les enfants se sont rapidement appropriés ce nouvel espace qui leur permet la pratique de nombreuses de activités sportives et ludiques. 

 Les familles et les générations s'y retrouvent dans un cadre sécurisé, ouvert à tous.

Le côté esthétique de la structure a fait l'objet d'un soin particulier. Son architecture originale, l’utilisation du bois et de matériaux naturels , le choix des coloris, concourent  à une intégration harmonieuse dans le joli paysage de Grozon. 

Le sport fédère, rassemble et mobilise. C'est un formidable vecteur de valeurs citoyennes, d'épanouissement personnel, de respect et de solidarité, valeurs positives plus que jamais essentielles à la formation de notre jeunesse . 

Le conseil départemental qui a déjà financé une quarantaine de plateaux sportifs à 20% sous la majorité précédente, doit continuer à soutenir les équipements de proximité qui permettent la pratique sportive accessible à tous dans les territoires ruraux.

 
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 20:26
Le massacre des innocents

C'est avec consternation, effroi et révolte que nous avons appris les meurtres odieux perpétrés à Paris. Ce massacre des innocents fait à nouveau plonger dans l’horreur absolue tous ceux qui croient aux valeurs d'humanité et de tolérance sur lesquelles est fondée notre démocratie.

Ces actes barbares sont une atteinte insupportable aux valeurs de la République . Celles qui nous rassemblaient hier aux cérémonies du 11 novembre auprès des monuments aux Morts et pour lesquelles bien avant nous, des générations entières se sont battues.


Nous savons pouvoir compter sur le Président de la République, le Premier Ministre, le Ministre de l'Intérieur pour que tous les moyens de l’ Etat soient mobilisés pour interpeller et condamner les auteurs de ces crimes odieux.

Le rassemblement, la solidarité, la détermination autour des autorités qui sont en charge de la destinée de notre pays, doivent être sans faille. Toute surenchère politique, toute bataille de posture serait aveu de faiblesse, de discorde et d'affolement, et c'est ce qu'attendent les terroristes. Espérons que chacun choisira la voie du discernement et de l'intelligence, que chacun saura se montrer digne et respectueux du mouvement d'unité nationale initié partout par la population. .


 

 

Puissent dans toute l’Europe, dans le monde entier, les gens de bonne volonté se mettre ensemble pour parler, réfléchir, éduquer, éclairer.

Les mesures de sécurité s'imposent plus que jamais face à ces atrocités. Mais elles ne suffisent pas.

L'éducation et le dialogue entre les cultures donnent l'ouverture d'esprit, l'autonomie, la force de réfléchir et de résister aux sectarismes et aux extrémismes de tous ordres..

 Le défi est de gagner les cœurs et les intelligences, de sensibiliser aux notions de diversité et d'altérité, de tolérance et de respect.

Ne sacrifions pas les budgets éducation et culture, car un jour ou l'autre nous en paierons le prix:
" l'ignorance est notre ennemie, la connaissance est notre amie"

Comme l'a demandé le Président de la République, les élus et les personnels du Conseil départemental se sont recueillis en hommage aux victimes.

Comme l'a demandé le Président de la République, les élus et les personnels du Conseil départemental se sont recueillis en hommage aux victimes.

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 21:12
11 Novembre 2015.
11 Novembre 2015.

Cérémonie à Sellières, après ceux du Président du Souvenir français et du Maire,

Mon discours.

Comme chaque 11 novembre, nous sommes réunis pour commémorer l’Armistice qui mit fin à la première guerre mondiale, cette tragédie qui ravagera une génération entière et meurtrit chacune de nos communes, chacune de nos familles dans son cœur et dans sa chair.

Un siècle après, la mémoire collective reste à jamais marquée par cette hécatombe. L’émotion suscitée par ce grand drame de l’histoire reste intacte pour nous ici rassemblés.

Aujourd’hui il n’y a plus de témoins ni d’acteurs directs de cette guerre. Mais beaucoup d’entre nous se souviennent d’un grand-père, d’un arrière-grand-père qui avait fait Verdun ou le chemin des Dames, d’une grand-mère ou d'une arrière-grand-mère toujours vêtue de noir, au regard triste et lointain parce qui ne s’etait jamais remise de la perte de l'être cher.

Ravage et barbarie qualifient la parenthèse sanglante de quatre années qui entra dans le quotidien des femmes et des hommes de nos campagnes, pour y laisser une trace indélébile et une plaie à jamais ouverte.

La commune de Sellières, comme celles d’alentour a payé un lourd tribu, elle a perdu beaucoup de ses enfants. Elle n’a jamais oublié leur sacrifice, elle entretient leur mémoire avec ferveur.

Dans l’église, leur longue liste s’égrène le long des murs sur des plaques émaillées au nom de chacun, en souvenir de leurs souffrance et de leur chemin de croix.

Le monument aux Morts, parfaitement entretenu par la municipalite, erigé dans le parc paisible et verdoyant, les rappelle chaque jour au souvenir des promeneurs et des passants. Les noms sont gravés à jamais dans la pierre, ils s’appelaient Henri, Pierre, Gaston, Auguste, Hector. Figés dans leur éternelle jeunesse nous les imaginons, ils étaient cultivateurs, ouvriers, bourreliers, coiffeurs, facteurs, instituteurs...

Ils avaient 18, 20, 25 ans. Ils pouvaient en avoir trente ou quarante. Ils étaient pleins de vie, d’espoir. Les jours s’écoulaient au rythme des saisons, c’était la paix, dans la longueur de l’été avec la promesse des champs de blés parsemé de bleuets et de coquelicots.

Et puis soudain, il a fallu tout quitter, ils sont partis la fleur au fusil, quelques photos pour bagage. Alors, ils sont devenus les poilus, les artilleurs, les cavaliers, les fantassins, les cantiniers, les brancardiers. Ils ont revêtu l’uniforme mal taillé, coiffé le képi ou le casque de fer, supporté le lourd barda.

Ils sont entrés dans l’enfer, ils ont enduré la folie meurtrière dans la boue des tranchées.

Ils étaient des hommes ordinaires, ils sont devenus des héros. Il y eut des actes de bravoure, des prouesses de courage, des gestes admirables de solidarité et de fraternité, d' hommes au cœur pur.

Dans nos villages lorsque que le tocsin sonnait, Monsieur le Maire arpentait les rues avec son écharpe tricolores pour apporter ses funestes messages. Songeons à ces femmes, à ces mères, à ces épouses, à ces filles qui tremblaient et priaient le ciel pour que ses pas ne viennent jamais jusqu'à leur porte.

Hélas beaucoup ne revirent jamais le clocher de leur village, ni le toit de la maison familiale. Les autres, ceux qui sont revenus, que nous avons connus, portaient à jamais dans leur cœur et dans leur corps la marque de douleurs indicibles.

Parfois mutilés, gazés, défigurés, toute leur vie ils furent hantés par le souvenir des morts piétinés, déchiquetés, par le cri atroce des blessés, par le visage des camarades et des amis fauchés sous le feu de la mitraille et le tonnerre des obus.

Aujourd’hui ce que le souvenir de cette guerre doit inspirer à nos consciences, c’est bien la volonté que jamais une telle horreur ne se reproduise.

Nous avons le devoir de tirer les leçons de l’histoire.

Elle nous a montré tout au long du siècle dernier combien la paix et la démocratie sont fragiles.

La lutte contre l’oubli, l’ignorance, la haine est un combat de chaque jour.

Je salue l'engagement de Monsieur Curie, Directeur de l'Ecole, de Madame Girod, Professeur qui s'impliquent au service du devoir de mémoire. Ils méritent nos plus vives félicitations pour la brillante réussite de leurs élèves au Concours des Petits Artistes de la Mémoire, ce qui vaut à l'une d'entre eux d'avoir aujourd'hui à Paris, les honneurs du President de la République.

Messieurs les Anciens Combattants d’hier et d’aujourd’hui, qui êtes toujours présents aux commémorations, vous avez tout notre respect et notre admiration pour ce que vous avez fait et pour ce que vous continuez à faire.

Nous savons ce que nous vous devons, nous qui avons la chance de vivre dans une République forte, belle et fraternelle.

N’oublions jamais cette pensée du Maréchal Foch : « Parce qu’un homme sans vie, un peuple sans mémoire et un peuple sans avenir ».

A Chaumergy, exposition du Souvenir Français
A Chaumergy, exposition du Souvenir Français
A Chaumergy, exposition du Souvenir Français

A Chaumergy, exposition du Souvenir Français

A Mantry, inauguration du Monument aux Morts, et de l'espace du souvenir, entièrement rénovés.

A Mantry, inauguration du Monument aux Morts, et de l'espace du souvenir, entièrement rénovés.

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans Canton
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 15:52
Séance publique au Conseil général: Dernière décision modificative du budget 2015

Mon intervention, au nom du groupe de la minorité, lors de l'ouverture de la séance publique du 6 novembre 2015. 

Monsieur le Président, chers Collègues, 

Il y a maintenant huit mois que vous avez pris les rênes du  département. Nous vous avons laissé le temps de vous installer avec votre nombreuse majorité.

Aujourd'hui nous pensons que l'heure de la vigilance est venue. Nous constatons que le département est en panne, vous avez du retard à l'allumage et nous trouvons que la mandature commence mal, tant sur la forme que sur le fond. 

La gestion de l'agenda relève de l'amateurisme, les séances, les commissions annoncées sont reportées, supprimées parfois quelques jours avant.

Vous ne respectez pas le règlement de l'assemblée, les rapports arrivent en retard, il est difficile de travailler dans de telles conditions. De mémoire de conseiller général on n'avait  jamais atteint de tels sommets d' inorganisation et de flou.  Dans le mandat précédent, que n'a -t -on pas entendu ! Vous regrettiez régulièrement que le nombre de commissions ne soit pas suffisant notamment par la voix de Monsieur Burdeyron, mais il y a une différence entre pas assez et pas du tout!

Alors que lundi nous nous inquiétions de ne pas avoir les documents nous avons appris par hasard qu'il n'y avait plus ni DOB (débats d'orientations budgétaires), ni présentation de l'audit financier aujourd'hui mais qu'ils sont reportés au 20 novembre!

Reporté pour la quatrième fois ce fameux audit financier urgent que vous deviez présenter le 10 juillet puis en septembre puis en octobre et maintenant en novembre... Serait-ce qu'il n'a rien à nous apprendre d'autre que nous ne sachions déjà? Et que votre communication tapageuse sur la faillite du département et sa situation  catastrophique est désavouée.

Nous sommes sereins nous avons confiance en Monsieur Klopfer professionnel intègre, qui suit financièrement notre collectivité depuis la présidence Brantus et qui n'a pas l'habitude d'écrire ce que le commanditaire a envie de lire qu'il soit de gauche ou de droite. 

Nous déplorons la méthode qui consiste à annoncer des décisions avant qu'elles ne soient débattues et connues des Conseillers départementaux. Nous vous l'avons déjà dit pour les tablettes des Collégiens ou la côte de Montaigu, mais vous continuez: les dernières new apprises dans le journal sont le départ du directeur général, la Société publique locale avec Monsieur Sauvadet, la vente du terrain grand canal à DOle, le report possible du budget et j'en oublie sans doute...

Les séances publiques sont réduites à la portion congrue. Des dossiers importants pour le Jura sont traités à huis clos par la commission permanente. On a l'impression que vous fuyez le débat public.  

Les Jurassiens ont droit à la transparence. Nous demandons des séances publiques plus fréquentes avec la présence de la presse. Il n' y a pas de démocratie sans débat public et si l'on veut lutter contre le désintérêt des citoyens pour la politique tout ce qui peut améliorer l'information est bénéfique. De même pour justifier l'existence de notre institution et l'utilité de ses missions. Sous les précédentes mandatures, les rapports annuels de délégation de service public étaient toujours présentés en séance publique. Celui de l'aéroport de Dole intéresse les Jurassiens, on a aujourd'hui une simple feuille dans le classeur.

Vous avez engagé le département dans une SPL, société publique locale, dans le giron de Monsieur Sauvadet, qui y voit la solution miracle pour amener le très haut débit au fond de nos campagnes. C'est un sujet majeur. Un engagement pour cent ans, pris par la petite commission permanente du Jura aurait mérité une séance publique. Nous avons, pour notre part, fait des mises en garde et rappelé que le vrai problème sera d'avoir des clients et de trouver des opérateurs. Le Jura a eu une expérience malheureuse en la matière avec Connectic39.

Autre sujet qui mérite une séance publique, c'est la loi NOTRe . Vous avez organisé une formation hier qui a été très technique. Mais la discussion ne doit pas être occultée par l'assemblée, il faut un débat du Conseil départemental même si quelques uns d'entre nous siègent à la CDCI.

Surtout que vous qui êtes à la fois président de communauté de communes et président de conseil général et que vous avez pris position pour une grande communauté de communes à 40 000 habitants.

En qualité d'élus départementaux nous avons des interrogations sur l'influence du département, sur le sens que prendra La Défense de la ruralité, sur la place et sur le sort même du département. Nous sommes concernés car il s'agit de l'organisation territoriale du département,  nous devons être garants de l'intérêt général, d'une vision globale objective, équitable du département, au delà de nos prés carrés.

Vous l'avez très bien dit tout à l'heure, le Conseil départemental est le premier lieu de démocratie locale . Nous avons le devoir de rendre des compte sur des décisions qui vont engager l'avenir. Justement la population est inquiète, elle s'interroge en lisant la presse sur ce qui lui apparaît être un grand jeu de Monopoly avec la construction de baronnies et sans qu'elle ait un mot à dire. Les personnels territoriaux eux aussi sont les grands oubliés de la loi NOTRe , eux qui n'ont jamais été ni consultés, ni associés à cette réforme. Je pense à nos personnels du Conseil départemental, et à tous ceux des collectivités qui ont travaillé depuis des lustres au développement et à la prospérité de nos territoires. Pour notre part nous considérons qu'ils ne sont pas une charge, mais une richesse pour notre département.

Comme je vous l'ai dit, nous regrettons donc votre méthode mais nous sommes aussi très déçus par le fond. 

Dans la décision  modificative n°2 d'aujoird'hui nous avons cherché votre empreinte mais nous n'avons rien trouvé. Depuis avril nous n'avons rien vu, nous attendons, nous attendons Godot... Nous attendons une direction.

Je ne vous fais pas un procès d'intention car peut être qu'après l'allumage, lors du vote du budget vous la fixerez, cette direction.

Pour le moment nous ne voyons aucun cap, aucune ambition, à part déconstruire, couper, diminuer, annuler, comme si vous vouliez détruire tout ce qui porte la marque de l'ancienne majorité.

Vous avez repeint tout le rose en noir et blanc, vois ne faites pas dans la nuance. Vous  supprimez des dispositifs utiles aux Jurassiens, l’austérité est en marche dans le Jura et comme nous le redoutions c’est une comptabilité froide, et protocolaire qui fait office de programme de gestion d'un département aux volets clos, qui s'est replié sur lui même .

 Vous avez même supprimé la semaine de la jeunesse , aux 1600 enfants des communes rurales qui se réjouissent chaque année de la journée de découverte passée à l'hôtel du département, les privant aussi du spectacle de scènes du Jura au théâtre de Lons, le superbe conte Hansel et Gretel qui était commandé et que vous avez dû payer pour rien.

Vous utilisez systématiquement le même argument, pour toutes les coupes budgétaires annoncées : la baisse des dotations de l’Etat.

Oui, les dotations aux collectivités sont en baisse. Mais pour le Jura c'est combien ? 3, 5 millions d'euros environ?

Nous sommes d’ailleurs tous d’accord pour redresser les comptes publics de notre pays. Votre président politique, Nicolas Sarkozy a d’ailleurs proposé d’aller plus loin et beaucoup plus vite : 100 Mds d’euros de baisse des dépenses. On n’ose même pas imaginer ce que devraient supporter les collectivités.

Vous faites souvent preuve d'amnésie politique.

Pourtant hier le cabinet IFET vous a encore rappelé la cause de vos lamentations. C'est la dette de la France, c'est Bruxelles qui impose des économies budgétaires et structurelles comme la loi NOTRe.

Le Président François Hollande s'attelle à réparer les erreurs du passé et il n'a pas le choix.

Reconnaissons lui le mérite de réparer en cinq ans les dix années d'erreur de la droite, et de mener une politique qui ne peut être qu' impopulaire!  

Le déficit public pour 2016 est de 3,3% du PIB et en 2011 je vous rappelle qu'il était de 5,1% et que sous Nicolas Sarkozy la dette a explosé de 600 milliards d'euros. 

Monsieur le Président, vos annonces nous inquiètent, vous broyez du noir, on vous a connu plus constructif et plus combattif dans l'opposition. 

Pour notre part nous ne voulons pas être dans le négatif, nous ne sommes pas résignés et nous sommes persuadés qu'il y a moyen comme nous l'avons fait de trouver un équilibre budgétaire tout en maintenant des politiques volontaristes et utiles aux Jurassiens. 

Nous sommes prêts à travailler avec vous et à vous faire des propositions.

Pour ce qui est de la décision modificative, nous ferons nos observations au fil des dossiers.

Nous remarquons qu'elle ne nécessite aucun crédit supplémentaire, ce qui prouve que le budget primitif était sincère et bien ajusté . Elle porte sur une augmentation de 5 200 000 € en fonctionnement, et de 1 000 000 € en fonctionnement ce qui est peu sur un budget de 366 M€ .

Elle se finance avec l'excédent de fonctionnement et les recettes de dotation ou compensation qui arrivent en fin d'année comme le FMDI ou les DMTO.

Vous avez rappelé la hausse du RSA, qui plombe nos finances depuis que le RMI et API nous ont été transférés par Martin Hirsch ...Notre département a encore de la chance car je vous fais remarquer que nos dépense sociales représentent le tiers de notre budget lors que nationalement elles représentent la  moitié des dépense totales des départements ... Nous regrettons que sur les 20 millions d'emprunts nouveaux que vous avez faits en juin, vous n'ayez pas  jugé bon de reconduire une aide aux communes rurales comme vous l'aviez promis, en liaison par exemple avec le nouveau plan de relance de la région de juillet, que vous ayez diminué les crédits éducation , jeunesse et  culture... Mais nous interviendrons sur vos propositions d'inscription.

Je vous remercie. 

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 21:32
Cérémonie de remise de médailles aux bénévoles associatifs à la Préfecture
Cérémonie de remise de médailles aux bénévoles associatifs à la Préfecture

La cérémonie de remise des médailles de la Jeunesse, des Sports et de l'Engagement associatif, promotions 2015, a été présidée par Monsieur le Préfet, à la Préfecture. Profondément attaché à la vie associative, il a félicité les récipiendaires pour leur engagement exemplaire. A travers le sport ou l'éducation populaire, ils développent au quotidien les valeurs de respect, de tolérance et de solidarité.
Les bénévoles apportent une contribution irremplaçable à la vie démocratique, à la cohésion sociale et à la richesse économique de notre département. Nous avons dans le Jura, la chance d'avoir un tissu associatif dense, d'une grande diversité avec pas moins de 50 000 bénévoles engagés dans 5 000 associations, qui constituent un cadre d’expression privilégié, un élément d’animation et de vitalité de nos territoires.
Il importe plus que jamais de valoriser le rôle des associations et des bénévoles, de les encourager et de les montrer en exemple, comme l'a fait ce soir Monsieur le Préfet au nom de l'Etat.
Ils méritent aussi la reconnaissance et le soutien que le Conseil départemental leur a toujours apportés.

Repost 0
Published by Danielle Brulebois
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 19:09
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.

Le 9 octobre, Monsieur le Préfet, Jacques Quastana m'a remis les insignes de l'Ordre National du Mérite à Chaumergy. En ce jour d'exception, il m' a fait l'honneur d'un très beau et chaleureux discours.
 

  Remise de l’insigne de Chevalier de l'Ordre National du Mérite
à Danielle BRULEBOIS, Conseillère départementale
Salle des fêtes de Chaumergy – 9 octobre 2015
Monsieur le Sénateur
Monsieur le Président du Conseil Départemental
Madame la Conseillère Départementale
Mesdames et messieurs les Conseillers
Départementaux
Mesdames et messieurs les Maires
Mesdames et messieurs,
Chère Danielle,
J'ai beaucoup de plaisir à me retrouver aujourd'hui parmi vous en cette salle des fêtes de
Chaumergy. J'ai une satisfaction plus grande encore de m'y trouver pour remettre à Danielle
BRULEBOIS l'insigne de chevalier de l'Ordre du Mérite, qui vient consacrer la reconnaissance de
des mérites qu'elle n'a cessé de manifester et qui sont légitimement et publiquement distingués
aujourd'hui.
Danielle,
Le Jura est pour vous le territoire d’accomplissements importants et fondateurs.
Des accomplissements professionnels d’abord qui font suite à la scolarité que vous y avez
poursuivie à Lons, à l'Ecole normale . Après cette formation solide qui vous donnera une
spécialisation en matière d'enseignement, votre expérience vous l’acquérez pour l’essentiel dans le département, en Bresse d'abord puis à Sellières.
Votre parcours professionnel est exclusivement jurassien.
        
Des accomplissements familiaux viendront le conforter et vous fonderez avec votre mari une
famille dans ce département. Vous serez assez vite sollicitée par d’autres engagements. Vous vous êtes, en effet, largement investie dans le domaine associatif : on vous voit au don du sang à Bletterans, à la maison de la nature à Arlay où vous êtes secrétaire du centre permanent d’initiative pour l’environnement. Vous participez aux ateliers bressans à Chaumergy et je me suis laissé dire que vous aviez des talents de chanteuse, vous êtes ainsi membre fidèle de la
chorale Vocalis de Bletterans dont vous assurez aussi le secrétariat. Férue de marche et de course à pied, on vous voit régulièrement sur les sentiers de la bresse jurassienne que vous aimez tant.
Sans doute aviez-vous, depuis longtemps, l’attrait pour l’intérêt général. En 2008, vous avez eu
le goût puis le courage d’un engagement public en vous présentant aux élections cantonales. Vous y obtenez un des meilleurs scores du département.
La même année, vous aviez d'ailleurs été élue conseillère municipale de Chaumergy.
Votre parcours n’est pas une carrière . Il se caractérise par une mise au service de la collectivité de qualités de coeur et de compétences gestionnaires. Qu’il me soit permis de souligner
combien vous avez toujours été attentive, dans l’approche des nombreux dossiers dont vous avez eu la charge, aux préoccupations des citoyens, dans leur quotidien et leur vie matérielle.
Je les évoquerai sans aucun doute pour souligner la diversité des dossiers et la permanence de l’approche que vous avez toujours privilégiée. Sur tous les sujets et surtout les plus difficiles, vous avez sans cesse choisi de mener la concertation et d’établir un dialogue permanent
avec les personnes autant qu’avec les institutions.
Vous l’avez fait avec patience et conviction, persuadée que cet exercice est inhérent à la
démocratie.
Au sein de l’assemblée départementale, vous vous battez pour des valeurs qui vous ont toujours
été chères : je veux citer la défense du milieu rural, le renforcement du lien social, la protection des espaces naturels sensibles, l’accès à la culture pour tous et le maintien des services de santé.
Reconnue et appréciée pour vos compétences et votre engagement, vous devenez première viceprésidente du conseil général du Jura en mars 2011, où vous êtes la seule femme de la majorité siégeant dans cette assemblée.
Cette même patience vous a accompagnée pour assurer le suivi et la réussite de projets
d’ampleur : projet d’ampleur que celui de la rénovation des collèges, projet structurant que
celui du soutien au tourisme ou à la culture, ou de création de voies vertes.
Vous savez entretenir des relations authentiques avec vos concitoyens. Vous vous
attachez à rester au plus près des habitants de votre canton et de votre département, au plus près de leurs réalités.
Vous appréciez les événements populaires et je crois pouvoir dire que vous n’avez jamais
manqué une seule fête de la Mi St’embre ou la renommée Foire de Longwy-sur-le Doubs, pays denvotre enfance.
Chère Danielle, je n’ai sans doute pas cherché à être exhaustif mais j’ai interrogé ma mémoire,
celle des réunions de travail, des visites et des inaugurations. Elle me renvoie l’image d’une
activité et d’un volontarisme de tous les instants ; elle me renvoie l’image d’une élue attachée à la proximité, qui incarne les valeurs de la République dans ce qu’elles ont de plus simple et fondamental, la contribution au bonheur individuel, collectif et partagé des citoyens. Vous êtes à l’unisson de ce département, forte de la fierté du désintéressement ainsi que de la droiture et de la netteté de votre caractère.
Je suis donc très honoré que vous ayez souhaité que je vous remette l’insigne de chevalier
de l'Ordre National du Mérite.
Je souligne, pour conclure mon propos, que si votre action vous honore, elle honore également
votre famille et le département du Jura. Danielle, le grand chancelier de l'Ordre
National du Mérite m’a délégué ses pouvoirs, pour que j’assure votre réception dans l’ordre national, à laquelle je vais maintenant procéder :

Jacques QUASTANA
Préfet du Jura

Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.

Mon discours:

 

Les propos aimables et élogieux que vous venez de tenir à mon égard, Monsieur le Préfet me touche infiniment. Ma reconnaissance est profonde pour le grand honneur que vous me faites en me remettant la distinction de l'ordre national du mérite.

 

Permettez-moi d'appuyer ces remerciements car votre personne, Monsieur le Préfet sera à jamais associée à cet événement important de ma vie.

Au-delà de l'immense respect que je porte au Préfet érudit et lettré que vous êtes, et de mon admiration pour votre action quotidienne au service de la République, de ses élus et de la population du Jura , recevoir cette médaille de votre part a pour moi valeur de symbole, le symbole d' un Etat qui porte haut les valeurs de la République et qui est attentif à chacun de ses  citoyens. 

 

Je vous remercie, Monsieur Tinguely,  Président de l'association de l’ordre national du mérite du Jura, ainsi que tous les membres de la section qui m' entourent, je suis fière de vous rejoindre et je ferai tout pour en être digne. Nous sommes à présent  compagnons de route pour le travail à accomplir en particulier en direction de la jeunesse.

 

Je tiens aussi à rendre hommage à deux prestigieux absents sans qui nous ne serions pas là.

Le grand homme d'Etat de notre nation, le Général de Gaulle qui a créé l'ordre, et notre Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, pour qui j'ai la plus haute estime, qui a proposé ma nomination au Président de la République.

 

Lorsque vous m'avez appelée Monsieur le Préfet pour m'annoncer la nouvelle, tellement inattendue,  je me suis d’abord demandé ce que j'avais bien pu faire pour mériter une telle distinction et je vous avoue sans fausse modestie que je n'ai pas encore trouvé la réponse.

Je mesure à quel point cet honneur dépasse mes seuls mérites, et je ne peux le recevoir que comme un hommage rendu à vous tous qui m'entourez, ici ce soir.

Je vous dis à toutes et à tous, du fond du cœur, merci d’avoir répondu positivement à mon invitation, je suis touchée par votre présence nombreuse.

 J’ai une pensée pour tous ceux qui sont empêchés en ce vendredi soir, des élus et des conseillers généraux retenus pas des obligations ou des réunions, leurs cordiales félicitations m’accompagnent .

Je vous transmets seulement  les excuses de deux personnalités amies qui m'ont demandé expressément de vous dire la raison de leur absence et leur regret de ne pouvoir être parmi nous, il s’agit de Gérard Bailly Sénateur qui a un empêchement majeur : son petit-fils se marie à 19 h et de Virginie Boccard directrice de Scènes du Jura, ma consœur chevalière de la promotion 2014, vous me permettrez ce néologisme, qui est à Paris pour son travail.

 

Mes chers amis si vous êtes là ce soir, c'est qu’à un moment ou à un autre nos chemins se sont croisés. Vous avez participé par vos compétences, vos idées, votre soutien, à la construction de ce parcours qui me vaut récompense. 

Mes « mérites » sont donc le fruit de ces relations nouées et de ces expériences partagées . 

Car, si nous sommes ce que nous sommes, c’est grâce à ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie personnelle, professionnelle et plus globalement publique.

En premier lieu  la famille. Je suis née dans une famille toute simple d'agriculteur.

On y travaillait dur la terre, mais on prenait le temps de faire de la musique et on aimait les livres. Mes parents m’ont transmis les valeurs essentielles, l'amour du travail bien fait, du beau, le respect des autres, le souci des autres, le plaisir de donner. Quand je pense à eux souvent  me reviennent à l'esprit les mots que PASTEUR, notre illustre savant jurassien, prononça devant sa maison natale à Dole.

Oh ! mon père et ma mère ! Oh ! Mes chers disparus qui ont si modestement vécu dans cette petite maison, c'est à vous que je dois tout !

 Regarder en haut, apprendre au-delà, chercher à s’élever toujours, voilà ce que vous m'avez enseigné."

 

 C'est ce que m'a enseigné aussi l’école de la République et ses instituteurs, ses professeurs;

Comme Charles Peguy ils croyaient que l’école peut répandre la lumière du progrès et qu’elle est  espoir d'ascenseur social. L’ école  normale de filles de Lons le Saunier le fut pour moi.

J'ai  profondément aimé mon métier mais je n'ai fait que mon devoir et ce fut facile.Car enseigner est le plus beau métier du monde. C'est aider les enfants à grandir, à développer ce qu'il ont de meilleur, à croire en l'avenir et à tout simplement aimer la vie.

Merci à tous mes élèves pour tous les bonheurs qu'ils m'ont  donnés.

Ces années d'enseignement ont été riches de relations humaines, de liens privilégiés avec les élus, avec les parents, avec la communauté éducative, avec nos inspecteurs de l'Education nationale, et je remercie en particulier  Monsieur Clavel, Monsieur Lemoigne, ici présents, qui m'ont accompagnée par leurs conseils et leurs encouragements. Ils ont toujours veillé à ce que l'école, au fil des réformes qui s’enchaînent, reste le cœur battant de la république.

Chers collègues, avec vous  Guy, Danielle, Christine, Jean Yves, Michelle et beaucoup d’autres nous avons partagé l'enthousiasme et l'amitié dans tant de  projets pédagogiques, souvenez – vous, les orchestres de flûte, l.Angleterre,  les classes de mer, de neige, le théâtre, les fêtes de Noel...

Nous étions et nous restons tous persuadés qu'il faut lier éducation et culture pour former des hommes libres et responsables, avec des  têtes bien faites et bien pleines. Ce  travail d’équipe, cette carrière d'enseignante ne me laisse  que d'heureux souvenirs.

 

Puis est venu le temps de la politique, par hasard, et tardivement ; je n'avais jamais envisagé un quelconque parcours politique dans ma vie, bien que passionnée depuis toujours  par le débat public et animée de convictions fortes.

 La reconnaissance qui m'est témoignée pour ce parcours aujourd’hui, je la dois à mes amis politiques, aux femmes et aux hommes qui m'ont encouragée,  aux conseillers généraux Bruno Guichard mon prédécesseur, à Robert Tournier Conseiller général voisin et ami, à Noel Noirot et Jean Louis Maitre présidents de la Communauté de communes. Ils m’ont convaincu de m'engager pour le canton; avec leur soutien je me suis inscrite dans la continuité de l'action  et des valeurs humanistes des conseillers généraux qui m'avaient précédée, Roger Joly , Noel Simonot et Bruno Guichard. Merci à vous car je ne l'ai jamais regretté, et je suis très heureuse de mon engagement.

Je pense de plus en plus qu'il faut croire en la politique, qu'il faut lui redonner ses lettres de noblesse à l’heure ou beaucoup s’en détournent et la décrient.

Il faut la faire exister comme une activité utile, juste, honorable au service des citoyens.

Je suis heureuse que notre assemblée se soit ouverte aux femmes.Je suis sûre qu'elles apporteront beaucoup en qualité aux débats et aux relations humaines; elles sont indispensables à la vie politique comme elles le sont aujourd'hui dans la vie civile.

Le mandat de conseiller général aujourd’hui conseiller départemental est un mandat passionnant parce qu'il embrasse les multiples dimensions de la réalité sociale,  la vérité quotidienne  aussi subtile que plurielle d'un  canton et d'un département...

En tant que première vice-présidente du Conseil général durant quatre ans, j'ai engagé des actions dans les domaines qui me sont chers, l’éducation, la jeunesse et la culture. Nous avons redoublé d’efforts à leur égard de la maternelle à l'université. C'est ainsi que nous avons par exemple agi pour conserver l'IUFM,  ou encore fait entrer les collèges dans l'ère numérique, cette nouvelle ère qui s’ouvre, semblable à l’invention de l’imprimerie disait Michel Serres.

J'appartiens à un courant de pensée pour lequel la culture, la connaissance, la curiosité, l'échange sont les meilleurs remèdes contre l’ennui, l'obscurantisme et la violence.

 

J'ai découvert au cours de ce mandat des milliers de personnes exceptionnelles et j'ai pu mesurer la chance que nous avons d'avoir dans le Jura un  tissu dense de bonnes volontés et d'intelligences. leur interaction fait du Jura une terre d'exception.

Car la volonté politique des élus ne suffit pas.

Les financements, les subventions du Conseil général n'ont jamais créé ni le génie ni le talent dans quelque domaine que ce soit.  Pour réussir, l’impulsion initiale d’une collectivité a besoin du travail collectif, de toutes les forces vives du territoire. Merci à vous tous ici présents qui, par votre dynamisme et votre créativité incarnez l'excellence de notre département.

 C'est un réel bonheur de travailler avec vous tous.

Je mesure le privilège qui est le mien, mon parcours a toujours été jalonné par la présence attentive et bienfaisante des autres, par leur générosité, leur compétence et leur savoir et pour toutes ces raisons cette distinction est aussi la vôtre.  Elle est pour moi, un formidable encouragement, à ne jamais baisser les bras, à toujours avancer même dans les combats difficiles et dans ma vie d'élue je sais pouvoir compter sur les qualités et le dévouement de Philippe mon coéquipier et nos suppléants Marie Paule et Eric . 

Je voudrais maintenant associer à ma joie et à l’honneur d'avoir été élevé à l'ordre national du mérite, ma famille ici présente.

Ma plus belle réussite ce sont mes enfants, mes quatre fils, mes adorables petites filles, tous mes proches et amis qui m'apportent leur soutien, leur affection fidèle.

 Enfin mes remerciements vont à mon Président, Monsieur le Président du Conseil départemental, cher Clément, qui avez tenu malgré vos nombreuses occupations à être présent,  je vous remercie de votre présence qui me touche, au-delà de nos différences politiques, j'ai une grande estime pour vous.

Quelle que soit la place où nous siégeons, nous avons tous un point commun, nous sommes attachés à la réussite de notre département et aux valeurs de la République. Et puisqu' à travers cette distinction que je reçois aujourd’hui c'est aussi le conseil général , notre belle assemblée qui est récompensée, je vous laisse la parole. 

Merci

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 21:09
Semaine bleue 2015
Semaine bleue 2015

Nos aînés étaient à l'honneur cet après midi dans le salon Rouget de Lisle du Conseil départemental, à l'occasion de la Semaine bleue.
La traditionnelle fête de clôture, a résisté aux coupes sombres dans les budgets du Conseil départemental. Ce chaleureux rituel du mois d'octobre a réuni dans la joie et l'amitié deux cents personnes venues de tout le Jura. Sous la houlette de Maryse Bonnot et du CODERPA, ce fut un beau moment de partage animé par des musiciens talentueux et des danseurs remarquables. Nos invités sont repartis heureux mais, cette année, sans la rose offerte habituellement à chacun.

Dommage ! Car l'important ce n'est pas la rose, mais le geste symbolique d'attention et de fraternité en direction de nos invités, tradition qui durait depuis des années, malgré les alternances politiques!

Semaine bleue 2015
Semaine bleue 2015
Semaine bleue 2015

Partout dans le Jura, la Semaine bleue a mis en avant les initiatives qui facilitent l’investissement des retraités et des personnes âgées dans la vie sociale.

Elles sont nombreuses dans le canton de Bletterans.

A Barretaine, " à tout âge créatif et citoyen "

avec les représentants de l’association Gym’Activ du village, qui ont organisé un après-midi récréatif pour les anciens. Venues de Barretaine, Chamole, Chaussenans, Le Fied, Poligny et ses environs, 60 personnes encadrées par des animatrices ont pu s’initier à la peinture, la gymnastique, les compositions florales et décoration et le chant.( Philippe Camfrancq, le Progrès)

 

Semaine bleue 2015
Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA