24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 23:25
Voeux 2016 dans les communes du canton
Voeux 2016 dans les communes du canton
Voeux 2016 dans les communes du canton

Tout au long du mois de janvier, j'ai fait tout mon possible pour répondre à l’invitation des maires aux cérémonies de voeux organisées dans leurs communes. Ce sont autant d'occasions de rencontres avec les élus et les habitants.

J'apprécie la diversité et la convivialité de ces réunions annuelles qui reflètent l’identité de chaque commune et qui montrent combien cette cellule de base de la vie collective, même petite, reste importante dans notre pays. La population, par sa participation importante, manifeste son attachement à ces rendez- vous citoyens et sa volonté de cultiver son sentiment d'appartenance à une commune.

Chaque maire fait un bilan d’étape et apporte à ses administrés des informations fraîches sur les réalisations et sur les projets futurs. C’est donc aussi un véritable moment démocratique.

Ces vœux sont aussi l'occasion pour les élus departementaux d'expliquer devant les habitants des communes les actions et les politiques du département, les Maires nous laissant courtoisement nous exprimer. Ci-dessous ma prise de parole à Grozon, qui fut partout semblable dans les grandes lignes mais adaptée à chaque commune. 

DISCOURS VŒUX 2016 à Grozon. 


Monsieur le Maire,


Tout d’abord, Monsieur le Maire, je tiens à vous remercier de votre invitation et je suis très heureuse de participer avec vous à cette cérémonie de vœux.
Je vous présente à mon tour, à toutes et à tous mes vœux de santé et de bonheur pour 2016.


Qu’elle vous soit généreuse et radieuse et qu’elle apporte une embellie à ceux qui ont été dans la peine ou les difficultés en 2015. 
Je souhaite réussite et prospérité aux représentants de l'administration: services de santé, d'éducation, au personnel de l'école, aux gendarmes et aux pompiers qui méritent notre reconnaissance pour leur dévouement et leur efficacité. Je souhaite la réussite des projets et des activités des associations et des bénévoles  qui mettent de la vie et de l'animation dans nos villages. Ils sont indispensables dans notre canton pour permettre à tous l'accès à la culture, au sport, aux loisirs, pour tisser des liens d'amitié et de bienveillance entre les générations.
 
C’est toujours un réel plaisir de venir dans votre belle commune, de Grozon, Monsieur le Maire, on y est toujours bien accueilli, vous savez avec votre équipe et l'ensemble de la population y faire  régner  une ambiance chaleureuse. Chez vous, solidarité et fraternité ne sont pas de vains mots.


J’étais avec vous, il n’y a pas très longtemps pour l’inauguration du plateau multisports, véritable réussite par la diversité des pratiques sportives offertes, par la qualité de la conception, du choix des  matériaux et de sa parfaite intégration dans le paysage bucolique de Grozon, qui en fait  aussi un lieu de rencontres multigénérationnelles.. 
Je suis souvent passée aussi dans la commune avec le jury départemental du fleurissement. Vous êtes venus au Conseil Départemental le mois dernier, pour recevoir le prix qui vous est décerné tous les ans et bien mérité cette année, le fleurissement 2015 était particulièrement réussi. Je constate que Grozon est joliment décorée aussi en hiver avec de très jolies illuminations. Nous avons remis aussi à Madame Sylvie Cour, pour la belle ferme Pré Sang , le premier prix des fermes fleuries .
Nous nous sommes encore rencontrés à Poligny pour la Sainte-Barbe pour honorer et remercier  nos pompiers.  
J’ai assisté à la Préfecture à la remise de la médaille bronze à Madame Sonia Rigaud, par Monsieur le Préfet, la récompensant de son engagement bénévole au sein du club de foot Grozon Grimont. En tant que Présidente de la Commission Culture, j'ai aussi connaissance du dossier des fouilles concernant les vestiges laissés par l’ancienne saline. Datant du Haut Moyen Age, ils sont uniques en France. J'aime espère aussi revenir au théâtre voir l’excellente troupe Plâtre et Sel.
Tout cela pour vous dire que depuis que j’ai le très grand honneur d’être votre Conseillère départementale, avec Philippe Antoine, je mesure encore mieux combien Grozon est une commune vivante, attachante et dynamique. 
Je salue le travail et l’engagement du Maire et des Elus de Grozon, leur volonté d’améliorer sans cesse le quotidien des habitants.
Les élus locaux de base que l’on dénigre souvent, sont dans nos mairies le socle essentiel de notre République, pour faire vivre ses valeurs de fraternité, de solidarité, de vivre ensemble qui ne sont  ici pas que des notions, mais une réalité.

Vous avez su à l’image de vos prédécesseurs vous adapter aux coups durs, faire face aux crises et à Grozon on sait ce que cela veut dire avec l'histoire des Plâtrières. Elles ont connu des années glorieuses mais aussi les vicissitudes du siècle passé, avec la fermeture en 2005 qui a entraîné la perte des emplois et des recettes de la taxe professionnelle pour la commune. Vous avez ici toujours su faire face aux difficultés, relever les défis et trouver des solutions.


Vous êtes l'exemple du courage et de la combattivité, comme beaucoup de maires de petites Je crois qu’il ne faut pas céder à la sinistrose, garder espoir et confiance en l’avenir.  On entend sans arrêt les mêmes lamentations sur la baisse de dotations de l’Etat, la loi NOTRe, etc… Mais comme je l’ai dit au Conseil Départemental, ce n’est pas une raison pour sans cesse broyer du noir et se réfugier dans l’immobilisme, il faut aller de l'avant et trouver comme vous des solutions.
Malgré tout ce qu’on peut entendre sur les finances du Conseil départemental " qui n'aurait plus de sous" je tiens à vous rassurer, il sera toujours aux côtés des jurassiens en 2016 pour assurer ses missions. 
 Avec un budget de 324 millions d’€ en légère augmentation + 3 M€ par rapport à 2015, nous avons encore de quoi faire, (  malgré les baisses de dotations de 3,5 M€ qui sont totalement compensées par une hausse des recettes fiscales indirectes)
Le  montant des recettes de fonctionnement n'a pas baissé,il est de 273,4  Millions d’€ exactement  comme en 2015.  
Nous assurerons donc nos missions essentielles qui sont les solidarités avec un budget de 112 millions d’€uros 
Handicap: 38 millions d’€, personnes âgées 32 millions d’€, RSA 25 millions d’€ et Enfance Famille 18 millions d’€.
Nous avons comme vous, pour priorité le maintien à domicile des personnes âgées et nous veillerons à ce que les promesses de campagne de la nouvelle majorité soient tenues en particulier sur la revalorisation de l’heure d’APA, ce qui ne sera pas le cas hélas encore cette année. Votre projet de MARpA est un excellent projet, qui permettra aux seniors de vieillir comme elles le souhaitent dans leur village, avec les gens qu'elles aiment et qu'elles connaissent et avec toute la déférence qui leur est dûe. 
Le Conseil départemental poursuivra avec l'aide à la pierre ses politiques d’aide à l’habitat, avec l'amélioration des logements, en particulier pour l' efficacité énergétique, avec le fonds d'aide à la rénovation énergétique , l'adaptation du logement pour les personnes âgées et handicapées. N' hésitez  pas à  nous solliciter lorsque vous avez des projets avant que les travaux ne soient commencés, car certains peuvent être éligibles aux aides départementales… 
L'accès à Internet par satellite pour ceux qui n'ont pas d'autres moyens d'accès  est  toujours subventionné jusqu’à 500 €.


Dans le domaine des routes, beaucoup de travaux restent à faire sur notre canton et nous regrettons que le budget consacré à l’investissement sur le réseau routier ne soit que de 10 millions d’€ ; il est en baisse de 7 millions d’€. Nous le regrettons et nous veillerons néanmoins à ce que soient effectués les travaux nécessaires pour préserver la sécurité des usagers de nos routes départementales.

Pour ce qui est de l'Education et des Collèges, ils restent comme les solidarités et les routes  dans nos compétences obligatoires.
L'avenir de la jeunesse nous préoccupe et tout doit être fait pour  la  réussite scolaire de nos jeunes. Le collège de Poligny qui nous concerne ici a été rénové de façon importante dans les années 2013-2014, (ouvertures, fenêtres, volets été changés en totalité, la cuisine et la SGPA ont été réhabilitées et modernisées) . Des efforts  importants ont été faits sur l’alimentation et la réduction des déchets, et grâce à l'implication d'une excellente équipe d'agents départementaux, le collège de Poligny est cité nationalement en exemple, il a reçu de nombreux prix et distinctions. 


Les transports scolaires, par contre ne seront plus de notre compétence, ils vont passer à la Région Bourgogne Franche Comté.  Mais  je sais que nous pouvons faire confiance à Marie-Guite DUFAY, Présidente,  qui a toujours fait de l’éducation et de la jeunesse une priorité et qui s'attache à préserver le pouvoir d'achat des familles . Je sais qu'elle aura la volonté de préserver la gratuité des transports, de  maintenir  le niveau de qualité et de sécurité exemplaire que le Jura a su mettre en place pour ce service. 


Le Conseil Départemental restera aussi aux côtés des agriculteurs, des éleveurs, des organismes agricoles et des AOP. 
 Nous savons leur importance et celles de nos coopératives pour créer de la richesse et conserver le patrimoine naturel de nos territoires ruraux. Grozon a la chance d'avoir conservé 10 exploitations agricoles, il faut saluer le mérite et le travail des Gaec et exploitations familiales que je rencontre parfois dans les concours agricoles. 
Nous nous battrons aussi, bien que la loi NOTRe nous ait enlevé la compétence économie, pour que notre action de soutien soit maintenue aux entrepreneurs, artisans et commerçants.
C'est possible ailleurs dans les départements voisins, comme la Cote d'Or, alors pourquoi pas dans le Jura? 
 Les petites entreprises, l'artisanat , le petit commerce constituent  la première entreprise du Jura en matière d'emploi, et de services de proximité. C'est grâce à l’action des chambres consulaires et en particulier de la CMA Chambre des Métiers et de l'Artisanat, de Jura Initiatives( soutien à l'installation, à la reprise, au développement,  accompagnement technique, juridique, formation, apprentissage....) que ce tissu économique dense et bien reparti se maintient sur tout notre territoire départemental. 


Le Conseil Départemental a conservé avec la Région la compétence partagée du sport et de la culture. Nous nous devons d’être aux côtés des associations qui sont une richesse pour nos territoires, grâce au dévouement et à l'implication de nombreux bénévoles qui donnent de leur temps et prennent des responsabilités pour le bien commun.  
La nouvelle majorité a prévu de réduire drastiquement les aides aux  sportifs en particulier pour les contrats d‘objectifs, ce qui risque de mettre en difficulté beaucoup de clubs. 
J’ai demandé à ce que soit revue cette décision et je pense que le Président Pernot sera sensible à nos arguments, puisqu’il a accepté d’en rediscuter fin janvier. 


L’actualité douloureuse, montre que tout doit être fait pour permettre à notre jeunesse de s'epanoir, de progresser et de s'élever. Le sport est une véritable école de la vie qui permet le développement personnel et collectif.
Avec le fonds d’Animation Locale, nous apportons aussi une petite aide financière annuelle,  aux qui est appréciée des clubs et des associations. N’hésitez pas à nous faire connaitre vos projets et vos activités et à nous inviter à vos manifestations.


Les aides aux Collectivités seront maintenues.
 Le Conseil départemental a un devoir de solidarité territoriale afin d’aider à l’équipement de chaque commune, la loi NOTRe le confirme. Un fonds de 3 millions d’€ est prévu à cet effet. L' accord cadre avec l'agence de l'eau signé en 2014, se poursuit. 
Dans le domaine de l’assainissement par exemple Grozon a été retenu au programme 2016 assainissement pour la rénovation de ses réseaux de collecte, de transit et de la station filtre à roseaux.
Le rôle du département, c’est d’être le garant des solidarités humaines mais aussi des solidarités territoriales. 
La Loi NOTRe le confirme. 
La fameuse loi NOTRe, celle qui fait tant parler, qui est devenue la tarte à la crème des médias et des politiques. Elle sert souvent de parapluie ou de prétexte à des desseins arbitraires, pas toujours transparents et innocents.
Il faut avoir un discours de vérité sur la loi NOTRe qui est souvent reprochée au seul Gouvernement. Cette volonté d'imposer aux communes et aux Communautés de Communes une réorganisation territoriale est d’abord une volonté des majorités de la droite très libérale qui se succèdent à Bruxelles et qui exigent depuis 2002 que la France fasse des réformes structurelles. La commission européenne, nous reproche notre trop grand nombre de communes,  et d'élus, vous savez le fameux mille-feuille territorial. La réflexion sur le mille-feuille, véritable tarte à la crème des médias et des politiques, est sans doute nécessaire mais elle ne doit pas se réduire à l'aspect des dotations.  


Nous sommes d’accord pour dire qu' au vu de l'état des finances de notre pays depuis deux décennies, il est nécessaire de faire des économies et que chaque échelon de collectivité doit participer à l'effort national. Mais le mille-feuille, où coute-t-il le plus cher? Pas dans nos communes assurément.  Et si l'on réfléchissait un jour à l'attaquer par le haut?   
Personne n'en parle jamais, mais je suis sûre qu'il y a là d'abord, au plus haut niveau, des  économies à faire.
Ce qui est sûr, c'est  que les objectifs d’ordre financier ne doivent pas occulter l’essentiel : celui de la démocratie locale et celui de l’équité territoriale.
D'ailleurs qu'est-ce qu’un territoire aujourd’hui ? 
La question de l’argent enferme le débat dans un dialogue de prétendus experts qui semblent détenir la vérité, pour définir les bonnes dimensions d’une collectivité, d'un bassin de vie. On définit des périmètres, sans se soucier des projets et des véritables besoins d'aménagement et d'équipements pour améliorer le quotidien des gens. 
  Mais que demandent nos concitoyens ? Sont-ils malheureux dans nos communes et nos communautés de communes ? Non, puisqu'au dernier recensement ce sont les territoires ruraux qui gagnent en nombre d'habitants, et qui attirent le plus alors que les villes perdent de la population.  
Le canton de Bletterans en est le témoignage. C’est que les Communautés de communes à taille humaine telles qu’elles existent, Comté de Grimont, Hauts de Seille, Bresse Revermont ont su développer une qualité de vie, de l’attractivité et des services qui conviennent parfaitement aux habitants.  Demandent-ils quelque chose de plus, d'autre? Les a -t- on consultés? Non. 
Je comprends les élus qui comme vous se questionnent sur la pertinence de communautés de communes à 140 communes avec 40 000 à 50 000 habitants ? Se rassembler avec qui et pour quoi  faire ?
 Je comprends les Maires qui, comme vous, avant de s’engager, veulent réfléchir, définir un projet, l’affiner, écrire un programme où chacun pourra faire part de ses interrogations, définir les besoins et les souhaits de son territoire. Et en premier lieu être informés clairement des conséquences financières des divers transferts ou abandon de compétences. Ce qui est assez cocasse, c'est que ceux qui levaient les bras au ciel lorsque le bas canton de Poligny fut rattaché au canton de Bletterans, veulent aujourd'hui rattacher Biefmorin à Champagnole!  
Et les incidences sont d'une autre importance, car le canton ne gère rien, ce n'est qu'une plus grande circonscription électorale, ce qui ne change rien à la vie et à l'administration des communes, alors que la communauté de communes, elle va gérer les choses importantes, fiscalité, budgets, permis de construire, implantation des services et des équipements, zones d'activités, eau, déchets etc ..
Et la proximité dans tout cela? 
Alors que tout le monde n'a que ce mot à la bouche la proximité ne se décrète pas, c’est un état d’esprit: d'abord une connaissance fine de son territoire et de chacun de ses habitants, une présence, un engagement de tous les jours. Celui que vous, Monsieur le Maire et vos élus municipaux incarnez au quotidien, ici, dans votre commune, au service de ses habitants.
Alors vive Grozon!  vive le Comté de Grimont ! Et bonne soirée à tous.
Danielle Brulebois
Conseillère départementale du Canton de Bletterans. 

 

Voeux 2016 dans les communes du canton
Voeux 2016 dans les communes du canton
Voeux 2016 dans les communes du canton
Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans canton
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 22:47
Avant la Persée, la Pressée à Arlay
Avant la Persée, la Pressée à Arlay
Avant la Persée, la Pressée à Arlay

Pour la huitième année consécutive la Pressée du vin de paille d'Arlay, s'impose comme une fête viticole de premier ordre, bien enracinée dans son terroir grâce à la volonté d'une petite équipe de viticulteurs et d'une grande troupe de bénévoles au sein de Brin de Culture. 
 

Arlay, petite cité comtoise de caractère qui rayonne par son patrimoine architectural, ses eaux vives, son écrin de verdure et sa douceur de vivre, est devenue le fief du vin de paille.
Comme l'ont rappelé les intervenants, ce vin somptueux est une référence incontournable. Il connaît une véritable renaissance qui participe à la vitalité de la viticulture jurassienne. 
Et ce qu'il faut retenir des dictons qui ont traversé les âges, c'est que ce "nectar des dieux" anciennement vin des malades, est aujourd'hui un vin festif qui conforte le corps et ôte la tristesse de l'âme.
 
Des animations ont ponctué une journée bien remplie: exposition des beaux objets viticoles, de livres, d' objets d'art, marché de produits du terroir, concerts, dégustations, repas, chapitre d'intronisations....
 
Passionné par la musique et par la vigne, maîtrisant avec autant de talent la poésie des sons que la poésie des vins, Jean  Pierre Boisson, viticulteur de Toulouse le Château a été intronisé Chevalier de la Commanderie des Nobles Vins du Jura et du Comté.

Une façon de rendre hommage à ces hommes qui perpétuent depuis des siècles des pratiques culturales et un travail laborieux. Ils résistent au pessimisme, bravent les incertitudes et les difficultés, convaincus que la viticulture est un pan d'économie majeur pour notre région et qu'il faut le dire.

Pour le canton de Bletterans c'est un bel événement convivial et populaire qui reste chaleureux et authentique. Il permet de savourer les fruits d'un passé pas si éloigné et d’un futur qui se construit chaque jour dans la fierté et le cœur de ses habitants...Le Conseil départemental a soutenu cette manifestation d'animation du territoire à hauteur de 1 000 euros. 

Avant la Persée, la Pressée à Arlay Avant la Persée, la Pressée à Arlay
Avant la Persée, la Pressée à Arlay Avant la Persée, la Pressée à Arlay
Repost 0
Published by Dcanielle Brulebois - dans canton
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 23:40
Une aire de grand passage à Ruffey ?
Une aire de grand passage à Ruffey ?
 
Sur ce sujet d'actualité, j'ai demandé à Clément Pernot President du Conseil départemental, ( en séance publique et par courrier), de solliciter une réunion de la commission en charge du schéma départemental d'accueil des gens du voyage. 
Cette commission réunie pour la dernière fois en 2014 a validé les conclusions d'une étude lancée en  2010: le Jura doit avoir deux aires de grand passage, une à Lons et une à Dole, et toutes les communes de plus de 5 000 habitants doivent créer une aire d'accueil.
 
Pour mémoire:
 A Lons, aucune solution n'ayant été trouvée depuis dix ans pour appliquer la loi, Madame la Préfète Le Mouel a initié une étude en 2010.  
Confiée au cabinet CATHS, cette étude a coûté 50 000 € ( Le Conseil général a payé 10 000 € .)
 
 Je me souviens des paroles du Conseiller général de Champagnole de l'époque, Monsieur Pernot, aujourd'hui Président du Conseil général : il a déploré " qu'on ait besoin de faire les frais d'une étude pour amener à l'évidence, certains élus. " 
 
Lui, en effet, comme d'autres élus, à Dole ou ailleurs, applique sans problème la loi depuis 2005. Dans sa communauté de communes, il a créé une aire pour soulager les villages de leurs difficultés à accueillir les gens du voyage. 
 
Aujourd'hui on peut être surpris qu'une étude aussi coûteuse pour les contribuables jurassiens, soit aussi peu écoutée. 
C'est lorsque les bulldozers arrivent sans tambours ni trompettes pour arracher la forêt, que l'on se rend compte que le projet d'aire de grand passage est délocalisé à Ruffey. 
 
Aucune concertation, aucune information de la part du commanditaire des travaux. 
Methode cavalière et difficilement admissible, que ce soit par les élus locaux ou les conseillers départementaux et je comprends le mécontentement des communes voisines.  
 
Personnellement et tant que les associations de gens du voyage n'ont pas donné leur avis, je doute que ce soit le meilleur choix. 
  
On n'implante pas une aire de grand passage uniquement en fonction d'une opportunité foncière. L'endroit présente certaines nuisances : bruit de l'autoroute, grande humidité, présence d'une usine stockant des produits chimiques....
Comme le stipule l'étude de 2010, les aires devront être situées à proximité des services sociaux, des commerces et des établissements scolaires.  
Je pense qu'éloigner en pleine nature l'aire de grand passage rendra difficile toutes ces obligations. Elle risque bien de rester vide. 
 
D'autre part le tracé de la voie verte Dole - Lons emprunte cet espace.
Il serait dommage que la Voie de la Bresse, qui est l'axe structurant du schéma départemental des vélo-routes voies vertes de 2004, soit remise en cause par l'aire de grand passage. 
 
La Commission Départementale Consultative au sein de laquelle siègent des élus et des représentants des gens du voyage aurait du être associée au choix de Ruffey. 
Les conseils municipaux et communautaires concernés auraient dû être consultés avant pour donner leur avis.
 
 
Danielle Brulebois 
Conseillère départementale de Bletterans
Membre de la commission départementale consultative d'accueil des gens du voyage. 
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 21:06
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert

A Bletterans, capitale jurassienne de l'aviculture, le concours régional a rassemblé huit cents animaux de race pure, tous plus beaux les uns que les autres. De nombreux visiteurs sont venus admirer cette basse cour colorée dont le ramage valait bien le plumage.
Le prix d'excellence a été décerné à deux tout jeunes éleveurs, récompensant ainsi la passion et les compétences précoces de Mathias, éleveur de pigeons à Vadans et de Xavier, éleveur de volaille à Besain.
Les expositions avicoles de Bletterans sont des rendez vous incontournables, elles réunissent des éleveurs venus de toute la France. Attachés à la sauvegarde d’un patrimoine génétique précieux, ils contribuent par leur savoir faire à la préservation de la biodiversité animale.
Le Conseil départemental soutient les manifestations agricoles, comme celle ci, parfaitement organisée par le Président Cattenoz et de nombreux bénévoles.

Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Exposition avicole à Bletterans: une belle basse cour sous le marché couvert
Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans canton
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 22:46
Arlay, première commune nouvelle du canton de Bletterans..Arlay, première commune nouvelle du canton de Bletterans..

Issues de la loi de réforme des collectivités territoriales de décembre 2010, on ne peut pas dire que les communes nouvelles soient, jusqu’à maintenant, un grand succès. Début janvier 2016, on en compte neuf seulement dans le Jura.

Arlay et  Saint Germain constituent la première commune nouvelle du canton de Bletterans, une collectivité de 1300 habitants qui vient d'élire son Maire, Dominique Bauduin.

Arlay devra opter pour une communauté de communes, Bresse Revermont ou Hauts de Seille.
Puis il faudra déterminer son canton de rattachement.

Philippe Antoine et moi, nous souhaitons bien sûr que ce soit le canton de Bletterans.

Du point de vue démographique, ce serait logique, le canton de Poligny compte

17 834 habitants, environ 1000 habitants de plus que celui de Bletterans qui en compte 16 867.

Toutefois, sont requis l’avis du conseil général et un décret en Conseil d’Etat, sur proposition du ministre de l’Intérieur, lorsque la modification territoriale projetée a pour effet de porter atteinte aux limites cantonales, notamment par la création d’une commune nouvelle de moins de 3 500 habitants qui ne serait pas comprise dans le même canton.

Nous consulterons les élus et la population en espérant qu'ils partageront notre avis.

La démocratie locale n'est jamais assez respectée et l'on peut déplorer que cette loi ignore l'avis des citoyens: si la totalité des conseils municipaux vote à l'unanimité pour la création de la commune nouvelle, nul besoin de consulter la population.

 

Arlay, première commune nouvelle du canton de Bletterans..Arlay, première commune nouvelle du canton de Bletterans..Arlay, première commune nouvelle du canton de Bletterans..
Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans canton
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 10:48
Comme le dit le journal, l'aéroport Jurassien poursuit son envol, il ne faut pas lui couper les ailes! Comme le dit le journal, l'aéroport Jurassien poursuit son envol, il ne faut pas lui couper les ailes!

L'aéroport est une chance pour la nouvelle Région, elle ne peut pas lui tourner le dos. Les collectivités doivent faire preuve d'esprit d'initiative, de créativité et regarder dans la même direction. 

" Avec l'avion nous avons inventé la ligne droite" a dit Saint Exupery .

A toutes les époques, les moyens de transports ont été une chance de développement et de prospérité des territoires. Il ne faut en négliger aucun. 

La CCI a toujours affiché sa forte volonté de développer cet outil incontournable pour l’attractivité de notre département. Il faut faire confiance aux experts et aux professionnels du secteur économique. La dernière preuve en date est l'arrivée d'Ynsect à Dole, une entreprise innovante en biotechnologie
( entoraffinerie) d'EVRY, qui a reçu de nombreuses distinctions mondiales pour son process. Elle s'installe sur la zone Innovia en raison de la proximité de l'aéroport et des nœuds ferroviaires et autoroutiers. 

Le ras-le-bol d'un certain nombre d'entreprises à la périphérie des aéroports parisiens, coincées et trop dépendantes des contraintes inhérentes aux transports, ouvre des perspectives nouvelles.

 

Je l'ai souvent rappelé en séance publique au Conseil départemental, l'histoire se répète souvent et montre que Dijon a déjà eu par le passé, besoin de Tavaux. 

Cela se vérifie aujourd'hui: suite à la fermeture de l'aéroport de Dijon, le tour opérator parisien Top of Travel vient de transférer son activité à Dole -Tavaux. 

 

Lors de la dernière guerre mondiale, le petit aéroport a été créé pour servir de terrain de secours à la base aérienne de Dijon, qui était trop à l'étroit.

L'occupant allemand lui donna la dimension d'une grande base stratégique par sa position géographique. Plus tard son rôle fut déterminant dans la reconquête de notre pays car elle était en capacité d'accueillir les prestigieuses unités de chasseurs américains et français.

En 1998 on a pu assister à l'arrivée du Concorde à Tavaux. 

 

Dans un monde en mutation, il faut être visionnaire et on a des raisons de l'être à Tavaux.

L'avion solaire Solar Impulse a vu le jour grâce à l'implication de Solvay, entreprise voisine qui est partenaire de ce projet audacieux, pourtant jugé irréaliste en 2004 . Solar Impulse vient de réaliser un  tour du monde sans énergie fossile, exploit salué mondialement.  

 Solvay a mis au service de Solar Impulse son expertise dans le domaine des matériaux avancés et de l'énergie durable pour permettre à l'avion de voler jour et nuit....uniquement à l'énergie solaire!

Alors pourquoi pas à Tavaux, demain, un aéroport laboratoire de

l'aviation solaire ? 

 
Comme le dit le journal, l'aéroport Jurassien poursuit son envol, il ne faut pas lui couper les ailes! Comme le dit le journal, l'aéroport Jurassien poursuit son envol, il ne faut pas lui couper les ailes!

Un Rapport annuel très positif.

Le rapport annuel 2014 de l'aéroport de Dole -Tavaux ( qui devait être rebaptisé Aéroport Louis Pasteur) a été présenté en commission permanente du 2 octobre.

Comme je l'ai fait remarquer, il est regrettable que ce genre de présentation ne soit plus fait en séance publique, comme c'était la tradition sous les précédentes majorités. 

" En 2010, le département a confié la gestion de l'aéroport à une société d'exploitation SEADJ ( CCI 49% et Keolis 51%)  par une délégation de service public qui en fixe les conditions et le lie jusqu'à 2019. Les engagements pris dans ce contrat tès coûteux pour le département, imposent au Conseil départemental une contribution financière d'exploitation de 550 000 €, un accompagnement commercial à 20€ par siège des nouvelles lignes, soit pour 2014 un total versé de 1, 676M€

L'activité a été marquée par une fréquentation de 115 000 passagers, en augmentation de 40% par rapport à 2013, plaçant Dole Tavaux au 39ème rang sur 131 plateformes françaises. Le pourcentage de passagers visiteurs accueillis est estimé à 30%, une nouvelle offre touristique menée par Juratourisme (CDT) intègre l'aérien et la destination Jura

En raison de la qualité de ses équipements, l'aéroport a obtenu la certification nationale 2014/2017 de sécurité aéroportuaire à l'issue de l'audit de contrôle effectué par la Direction de l'Aviation civile.

Le personnel est composé de 23 agents salariés de la SEADJ, 21 en CDI  et 2 en CDD de 6 mois.

La stratégie de développement initiée depuis 2012 a porté ses fruits.(3 000 passagers en 2011, 140 000 fin 2015)

La délégation de service public impose aujourd'hui des contraintes budgétaires fortes au département, un nouveau modèle de fonctionnement doit donc être trouvé au niveau régional.

Ce nouveau modèle économique est également exigé par la Commission européenne.

Elle impose à toutes les plates formes régionales de cette taille un plan d'affaires à 5 ans avec un équilibre économique à cet échéance."

L'aéroport est un atout pour la grande région, un outil de désenclavement, d'aménagement et de développement à vocation plurielle, qui je n'en doute va réunir toutes les forces dans une stratégie collective et gagnante. Nous y travaillerons.

 

.

 

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 10:31
Marie Guite Dufay, Présidente

Tous mes vœux de réussite à notre Présidente Marie-Guite Dufay, qui sera tout à l'heure à la tête de notre Grande Région avec son équipe. Son travail et son engagement au quotidien méritent le respect et le plus large soutien.

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 22:44
Le Canton de Bletterans en hiver: jolie photo signée Albert Wolff.

Le Canton de Bletterans en hiver: jolie photo signée Albert Wolff.

 

Chers Amis lecteurs,

Je vous adresse mes voeux

les plus sincères de santé, de bonheur et de sérénité pour la nouvelle année.

Après la période douloureuse et difficile que nous venons de vivre,
souhaitons que 20016 conforte au plus profond des coeurs,
notre volonté d'unité et de fraternité. 
 
 Et que soient encouragés tous ceux qui, par leur engagement et leur action au quotidien, contribuent à la construction d'un monde meilleur.
 
En empruntant ce beau texte à Jacques Brel, je vous souhaite la force et la fierté d'être vous- mêmes.. 
 

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.
Et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer
Et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence,
aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout…
d’être vous.
»

Jacques Brel

"Les vertus négatives de notre époque", mettent plus que jamais, les élus face à leurs responsabilités dans la poursuite de projets collectifs, de politiques adaptées aux besoins des citoyens, attentives à la jeunesse et plus particulièrement dans une Région qui a changé d’échelle.
 
Notre canton, notre département ne manquent ni d'intelligences, ni de talents, ni d'énergie, ni de potentiel pour l'avenir. A nous de les soutenir, de les faire fructifier dans ce monde qui bouge, en ayant toujours pour guide le bon sens, la justice et l’intérêt général. 
Vous pouvez compter sur nous, avec Philippe Antoine et nos suppléants pour rester à l’écoute de vos préoccupations.
Visites sur le terrain, site internet, facebook, permanences, sont autant de moyens de créer du lien, d’échanger et de suivre l’actualité du Canton et du Conseil départemental. 
Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans canton
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 11:06
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Lors de la traditionnelle soirée de remise des prix aux Meilleurs Ouvriers et Apprentis de France, c'est l'excellence de l'artisanat Jurassien qui est reconnue et mise à l'honneur au Conseil départemental. 
J'ai eu l'honneur de remettre, en compagnie du Sénateur Gerard Bailly, le diplôme de meilleur Maître Verrier de France à Philippe Tatre de Rye.
Maitre verrier, plasticien, aquarelliste, peintre, sculpteur, photographe animalier, Philippe Tatre exerce son art en Bresse, il fait la fierté du canton de Bletterans.
Dans son atelier à Rye, Philippe réalise des vitraux pour les chapelles, les églises, les cathédrales de la France entière et du département du Jura bien sûr, mais aussi pour des particuliers qui veulent illuminer leur intérieur. Il a signé les vitraux des chapelles ou églises de Monay, Sergenaux, Darbonnay, Montholier, Louvatange.... et c'est son projet de treize vitraux pour la Cathédrale de Soissons qui a été couronné au titre des Meilleurs Ouvriers de France. 
 
Et l' on peut décerner au Jura,  le premier prix de l'excellence dans la grande Région Bourgogne-Franche-Comté, car une fois de plus sur les huit départements qu'elle compte, c'est le nôtre qui remporte le plus grand nombre de médailles et de distinctions. 
 
Félicitations à nos quatre meilleurs ouvriers de France:
 
Valerie Priard, MOF lunetterie MOREZ ( première femme médaillée) 
Philippe Tatre, MOF vitrerie d'art, RYE,  
Marc Janin MOF fromagerie, CHAMPAGNOLE, 
Philippe Troussard, MOF sommelier ARBOIS.
 
 


 

Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Dans son discours, Monsieur le Préfet du Jura a fait l'éloge de l'apprentissage et de tous les dispositifs d'alternance, associant formation théorique et formation en entreprise, qui sont, face au chômage des jeunes, les chemins les plus sûrs pour trouver un emploi. 
 

C’est un grand bonheur de voir chaque année au Conseil départemental, ces jeunes motivés et enthousiastes face à leur avenir, incarnant chacun avec sa personnalité et dans sa spécialité, le potentiel et le formidable dynamisme du Jura.
Ils ont choisi la voie de l’excellence, ils sont en cours d’acquisition de compétences exceptionnelles qu’ils transmettront à leur tour, le moment venu, pour perpétuer les emplois et le savoir-faire jurassien
 Tout doit être fait, par conséquent, pour conforter et développer la place de l’apprentissage, pour rendre cette filière attractive pour les jeunes, pour responsabiliser les collectivités et inciter les entreprises à recruter des apprentis.

C'est dans ce sens qu'ils faut reconnaître et soutenir l’engagement de ceux qui les accompagnent sur la voie de la réussite, les Chambres consulaires en particulier la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, les Professeurs, les entreprises , les bénévoles et les partenaires.  
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Hommage aux Meilleurs Ouvriers et Appentis de France au Conseil départemental
Repost 0
Published by Danielle Brulebois
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 21:58
Conseil départemental: Budget 2016

Séance du Budget 2016: première matinée

Après le discours du Président, qui introduit les débats du budget, il est d'usage que les groupes politiques s'expriment. Il n'y a maintenant plus qu'une seule prise de parole, celle de notre groupe de la minorité. 

 

Mon intervention: 

 

Le budget est le moment clé de la collectivité, qui autorise les recettes et les dépenses de l’année à venir. C’est donc un outil essentiel de prévision et de pilotage de l’institution qui demande un important travail de préparation. Je remercie les services pour cet énorme travail d'écriture et d'explication. 

Or je suis désolée d'avoir encore me répéter mais les dossiers n'arrivent pas dans les délais avant les commissions, on a des rapports de dernière minute, on a des rapports qui au final  ne correspondent pas à çe qui a été décidé en commission...

Ce n'est pas sérieux et c'est difficile de travailler comme cela. Jamais encore on a vu un tel degré d'inorganisation. 

C’est le premier budget de votre mandature, vous avez des excuses, mais quand même il y en a qui sont là depuis longtemps...

Ce premier budget porte la marque de votre majorité et laisse deviner vos orientations politiques pour les années à venir. 

 

Vous venez de nous en exposer les grandes lignes. Vous voulez vous recentrer sur les compétences obligatoires du département et nous en sommes d'accord.  

Sur la majorité des dossiers nos points de vue convergent, nous le dirons. Sachez cependant que sur des points importants nous sommes en désaccord avec vos décisions, et notre rôle sera de vous faire des contrepropositions , de vous proposer d'autres politiques et nous espérons qu'elles seront débattues. 

 

Mais avant de vous répondre sur le budget, je voudrais évoquer l’actualité politique. C'est bien sûr l’élection du Conseil Régional. En effet elle concerne de près notre collectivité. Vous l'avez dit  vous même mainte fois dans cette enceinte en faisant campagne pour M. Sauvadet.

Nos liens avec la Région vont forcément se resserrer du fait de l'extension de ses missions en particulier la gestion des fonds européens, et  du fait des transferts et du partage de compétences.

 

De façon républicaine et comme c'est l'usage,  je vais féliciter notre collègue, Madame PELISSARD. Seule élue de cette assemblée qui siègera dans les deux Conseils à la fois. J'ai une pensée pour notre collègue Sylvie VERMEILLET qui n'est pas réélue, et qui a fait consciencieusement son travail d'opposition. 

 

Mais ce que je tiens surtout à vous dire, c'est notre satisfaction de voir Marie Guite DUFAY, notre Présidente de l’ancienne Région de Franche-Comté devenir Présidente de la Grande Région.

Nous connaissons son attachement pour le Jura, malgré toutes les paroles injustes qui ont pu être dites dans cette enceinte. Les Jurassiens ont montré leur reconnaissance pour tout ce que la Région a fait pour notre département.

Je salue et je remercie  Denis VUILLERMOZ qui ne s’est pas représenté. Il a été un conseiller régional attentif, dévoué, très présent et efficace qui a su faire avancer et réussir nombre de dossiers du Jura.

 

Les Jurassiens ont placé Marie-Guite DUFAY en tête dans 10 cantons sur 17. 

La gauche est en tête dans 10 cantons, le Front National dans 4 cantons  et votre majorité dans seulement 3 cantons. 

L’enseignement que l’on peut en tirer, c’est que la configuration de notre assemblée à 14 cantons dans la majorité de droite et 3 dans la minorité de gauche ne reflète pas du tout la réalité du Jura. Cela nous met un peu de baume au cœur de savoir que dans notre département nombreux sont les femmes et les hommes qui partagent notre idéal et nos positions et sont comme nous attachés aux valeurs humanistes de solidarité, de laïcité et de respect des autres. 

Cela nous redonne du courage, à 6 contre 28, nous nous sentons parfois un peu seuls, voyez-vous. C'est parfois ici David contre Goliath, mais depuis notre élection nous n’avons jamais déserté le combat d’un terrain difficile. Bien au contraire nous défendons pied à pied, avec les moyens que nous avons, nos convictions, nos points de vue et nous allons poursuivre ce travail, volontaires et soudés, au service des Jurassiens. 

 

Enfin je voudrais vous dire Président, que ces résultats doivent nous amener à  plus d'humilité . Et vous aussi, car vous avez ici une majorité écrasante, toujours d’accord avec vous sur tout , et comme cela va durer six ans, vos pourriez avoir la tentation du pouvoir hégémonique, de devenir un genre de roi soleil ...

Car vous êtes à la fois le président LR du conseil départemental, le porte-parole et le chef de votre grand groupe.

Faites attention aux méfaits de la pensée unique ! La pluralité des idées est toujours gage de richesse, de créativité et de dynamisme. Certains signes montrent que l’habitude est vite prise de ne plus entendre les voix différentes ou divergentes. 

Je vous le redis, Président, le Jura ce n’est pas cette représentation politique, le dernière scrutin vient de vous le rappeler. Donc nous comptons sur vous pour faire un effort d'ouverture, pour développer le débat entre nous, pour organiser plus de séances publiques. Et vous avez encore beaucoup de travail pour faire de notre assemblée une entité authentiquement démocratique.

 

Nous devons d’ailleurs tous faire notre examen de conscience en voyant à chaque élection le Front National s’ancrer un peu plus dans notre département. Parmi les causes nous le savons bien il y a le dégout d’une majorité de citoyens à l’égard d’un système politique que vous connaissez bien pour en faire partie depuis longtemps, le rejet des partis dominants, du bipartisme primaire, de la professionnalisation politique, du cumul des mandats, des dynasties, des apparatchiks, du manque de transparence. 

 

Si le département n’a pas toutes les clés pour remédier à cette situation, il peut par ses politiques, contribuer à contenir la vague ultraréactionnaire qui s’avance. 

Nos concitoyens attendent des actes courageux et significatifs dans la méthode et dans les choix pour les aider dans leur difficultés et surmonter la crise qui les démoralise. 

 

 Or votre budget, Monsieur le Président, n'est porteur ni d'espoir ni de confiance en l'avenir. Pas plus que vos propos. Vous  attisez les peurs, vous dramatisez la situation à dessein.

 

Vous ressassez  toujours les mêmes  arguments: la baisse des dotations de l’État, la mauvaise gestion de ceux qui vous ont précédé, la loi NOTRe, les dépenses sociales qui augmentent. 

Nous avons déjà eu l’occasion ici de vous rappeler que les compétences transférées sans les compensations qui vont avec, relèvent de la responsabilité des gouvernements qui se sont succédés, de gauche, de droite avec le RSA et la suppression de la taxe professionnelle, c’était sous Nicolas SARKOZY. Chacun sait que l’Etat va emprunter sur les marchés des banques pour nous payer des dotations. La Commission européenne exige des réformes bdgétaires et structurelles. Le gouvernement actuel multiplie les efforts pour réduire l'héritage de la dette et le Président François Hollande s’attèle chaque jour à réparer les graves erreurs du passé .

Votre vision négative, aux airs d'oraison funèbre laisse à penser que le département est à l'agonie.

Vous faites le choix de l’immobilisme, avec pour obsession les coupes budgétaires.  Nous vous l'avons déjà dit le rabot n’a jamais fait une politiqueVotre budget d'austérité nous donne l'impression d’un grand bond en arrière, d'un retour aux vieilles méthodes qui conduiront à un recul de notre département.

 

Je vous rappellerai quand même que fin 2014, la situation financière de notre département se situe dans la moyenne des départements de France pour l'endettement, ses capacités d'autofinancement sont encore acceptables, l'effort d'investissement est supérieur à la norme,  ce sont les conclusions du rapport Klopfer présenté en novembre.

 

 

Venons en aux chiffres, je ne commenterai pour le moment que les grandes lignes. 

 

 

1ère remarque : 
Le budget 2015 était de 321 Millions d’€,
celui de 2016 est à 324 Millions d’€, en augmentation.
Nous avons cette année 273 Millions d'€ de recettes de fonctionnement , elles n'ont pas baissé,
exactement au même montant qu'en 2015, nous avons donc bien des moyens.
Il y a bien la baisse des dotations de 3, 7 Millions d' € que vous déplorez, sans cesse, mais nous avons une augmentation des recettes fiscales 
de 4,3 Millionsd' € qui compense largement.
 

 

2ème remarque :
 Le seul impôt direct  perçu c’est la taxe sur le foncier bâti, elle ne sera pas augmentée en 2016 et c’est heureux, car c'est vous qui avez fait le choix d' augmenter fortement jusqu'en 2011, cet impôt des ménages. Ce qui fait que nous sommes aujourd'hui en la matière au 13ème rang des plus chers dans le classement des départements. 
 

 

- 3ème remarque : 
L'emprunt : 
Vous inscrivez 35 Millions d’€ d'emprunts en décembre 2015.
En juin 2015, vous aviez déjà rajouté 20 Millions d’€ d'emprunts supplémentaires.
En six mois vous aurez donc voté 55 Millions d'€ d'emprunts supplémentaires. Et tout ça pour faire quoi ? Où sont vos investissements?

 

Si votre politique manque de souffle, vous ne manquez pas d’air ! 

 

Vous n’avez pas arrêté de dire que l’ancienne majorité avait endetté le département, je vous rappelle que nous avons suivi le cabinet  Klopfer qui conseillait de limiter l'emprunt à 30 Millions d'€  ce qui est d'après lui la norme raisonnable pour notre département. 

Là vous franchissez allègrement la ligne rouge pour renouer avec vos vieilles habitudes de 2009 et 2010, où vous aviez déjà inscrit  47 millions d’euros.

Vous y allez fort . Vous avez porté l’emprunt 2015 à 56 millions d’euros; pour 2016 vous inscrivez encore 35 millions d’euros. A ce train-là, cette fois, nous serons vite en faillite.

Fin 2014, il fallait 5,4 années pour rembourser la dette, fin 2015 vous en êtes à 9 années et fin  2016 je n'ai pas trouvé le calcul, il est absent de la présenation. 

 

 Auriez - vous déjà oublié vos principaux arguments de campagne et l'épouvantail de l'endettement que vous avez agité en guise de programme . Ce n'est pas sérieux! 

 

Vous avez dit et répété que les 20 millions d’€ empruntés serviraient à payer les dettes aux communes. Vous avez soi-disant payé déjà 8 Millions d’€. Mais à qui ? Et pour quoi ? Pour tenir vos promesses faites en 2010, voire en 2004 pour les ANRU! 

Vous avez rempli le caddy en 2010 sous Jean Raquin,  nous sommes passés à la caisse et aujourd’hui il vous faut continuer à payer la note et "faire des gros chèques pour contenter les collectivités" comme l’a dit notre collègue Cyrille BRERO en juin.

Mais quelles collectivités ? Les  grosses collectivités : LONS – DOLE – CHAMPAGNOLE - SALINS -MOREZ.

 

Nous détaillerons tout çela au moment du compte administratif et du vote du budget, si nous avons pu y voir clair.

Un budget ambigu et flou, ce sont vos paroles.....Car dans cette collectivité, jamais encore un budget n'a été présenté avec une telle désinvolture et de telles lacunes. 

Je suis sûre que nos services n'ont rien perdu de leurs compétences qui sont grandes, et j'ai la bonté de penser que si ce rapport du budget est aussi obscur, c'est que Madame Dalloz,  Présidente de la Commission Finances et rapporteur du Budget de surcroît, a manqué de temps, fort occupée qu'elle était ces dernières semaines!

 

Parce que la base d'un budget dans toute collectivité digne de ce nom, c’est sa structure qui doit être présentée clairement. 

Je veux dire le ratio précis section d’investissement - section de fonctionnement 

Je n'ai trouvé nulle part l'excédent de fonctionnement ou capacité d'autofinancement. Vous ne l'avez pas calculé ou tout du moins pas affiché.

Or c'est fâcheux car c'est la première indication à chercher, surtout quand on est en difficultés budgétaires, 

et que l'on veut essayer de réduire le fonctionnement pour dégager des marges d'investissement. 

J’ai donc pris rapport par rapport les inscriptions de paiement, j’ai fait le total pour faire le ratio fonctionnement – investissement. Et là ? Rien n'est clair. 

On trouve au bout de l’addition un budget de 297 788 981 € avec :

- 47 millions d’€ d’investissements réels,
259 914 151 d’€ de fonctionnement réel 
La balance budgétaire elle, est à 356 289 402 € mais elle inclut les amortssements,  la dette, remboursement du capital et intérêts, les opérations d'ordre....

 

Le règlement financier d’une collectivité stipule que le budget soit présenté de façon identique chaque année par souci de transparence , avec les éléments financiers d'un budget digne de ce nom. C'est la moindre des choses par respect des contribuables et de ceux qui vont le voter. 

 

Cette année il manque donc les chiffres clés dans le rapport, alors qu'ils y ont toujours figuré par le passé: 

- Le montant de l'épargne brute, ou capacité d'autofinancement

- l' évolution de l'annuité de la dette,

- L'évolution du budget en valeur 1999 à 2016, en  section fonctionnement et section investissement

- Les ratios clés à savoir : le voté et le réalisé en matière d’emprunt. 

- La capacité de désendettement 

 

 Je pense que de mémoire de Conseiller Général on n’a jamais vu ça et je me pose même la question de la légalité d’une telle délibération vu le flou des chiffres présentés au vote. 

 

Voilà pour la forme.

 

Quelques remarques maintenant sur le fond :

 

Les principales dépenses sont celles des solidarités, elles augmentent, vous inscrivez 10 millions d'euros supplémentaires. Nous ne faisons là que notre devoir, ce sont des dépenses calibrées et obligatoires. 

Elles ne représentent encore que 33% de nos dépenses alors que dans la majorité des départements elles dépassent les  50 %.

Pour les autres axes, classiques, nous ferons nos commentaires au fur et à mesure des dossiers. 

Sur  l'aide aux collectivités par exemple nous sommes unanimes pour dire qu'elle est utile aux communes et aux communautés de communes, elle a toujours existé . Il faudra veiller à ce que que toutes puissent en profiter équitablement. Car contrairement au passé, toutes les communes pourront en bénéficier y compris celles qui ont plus de 5 000 habitants, je crains que les trois millions d'euros à partager entre toutes soient  vites épuisés.

 

Globalement ce qui ressort de ce budget, c'est que vous avez cassé la dynamique que nous avions insufflée en poursuivant votre œuvre de démolition de ce qui marchait bien et qui était apprécié des Jurassiens. 

Mais qui avait le tort de porter l'empreinte de l'ancienne majorité. Vous êtes allés jusqu'à supprimer les roses qui avaient toujours été offertes aux participants de la Semaine Bleue, parce que c'étaient des roses.. 

Après avoir cassé, aujourd'hui il va falloir reconstruire. 

Mais quelles sont vos propositions constructives ? J'en en vois pas. 

 

Le constat c'est que nous sommes revenus à la politique de guichet, on ne fait qu'accompagner et en plus, il y a le risque que votre principe de subsidiarité favorise les plus riches. 

 

 Je citerai seulement trois domaines qui font les frais des coupes sombres de la nouvelle majorité et sur lesquelles nous ne sommes pas d'accord: 

 

1- Les jeunes et le milieu associatif,  sportif et d’éducation populaire, 

Avec une baisse de 1 Million d’€ d’investissement dans les collèges,  de 2 Millions d’€ en moins pour l'éducation, vous sacrifiez l'avenir de notre jeunesse.

Abandonnées les tablettes numériques, dommage l'état allait nous financer la moitié du coût pour les collégiens de cinquième. Notre département était pour une fois en avance et prêt à entrer dans l'ère numérique. Terminées, les  bourses aux lycéens, fini le carnet d’aides au sein de la carte avantages jeunes, fortement diminué le soutien aux structures de jeunesse comme Info jeunesse, les PEP, FOLJ, UNSS....

Vous pensez à tort qu’avec ce genre d’économies vous allez régler les problèmes de versement du RSA. Comme si les échelles étaient comparables !

En revanche une chose est certaine : les conséquences de vos restrictions budgétaires ne manqueront pas de se faire ressentir fortement dans la population. Ce que vous voulez  économiser dans le sport et l’éducation populaire, les contrats d’objectifs, les structures de jeunesse, les foyers ruraux, vous le retrouverez dans l’aggravation des fractures sociales et territoriales et la hausse des crédits de solidarité. Vous allez provoquer une onde de choc dans beaucoup de communes, de villes, où culture et sports sont vecteurs de lien social, d’ouverture, d'animation, de développement économique.

 

2- Le développement durable: 

Alors que la COP 21 vient de faire l'unanimité des pays du monde entier qui ont signé un accord sur le climat, vous faites marche arrière. 

Les services nous ont présenté le rapport développement durable, remarquable travail, qui montre que notre département était pionnier avec des politiques transversales qui nous ont valu en février 2015 le prix territoire à énergie positive de 500 000 € remis  à Paris par Ségolène Royal.

En 2016, le Conseil départemental enterre sans fleurs ni couronnes l’Agenda 21, l’équipement en voitures électriques, le covoiturage,  les investissements voies vertes et déplacements doux, Agrilocal et les circuits courts...

 Dommage car les pratiques promues par le Département s'inscrivaient dans une démarche collective vertueuse et exemplaire. Le développement durable, c'est l'affaire de tous, au quotidien.

 

3- L’économie

Il  nous faut accompagner le développement de l’emploi en renforçant le tissu social des PME, artisans,  commerce, et nous devons soutenir l’artisanat et le commerce jurassien.

Ce sont eux qui développent et maintiennent l’emploi dans un département rural comme le nôtre.  Nous vous proposerons de ne pas réduire la subvention de la CMA que nous avions portée à 140 000 €. Sous prétexte que ce n’est plus possible, à cause de la loi NOTRe qui vous sert sans cesse de parapluie, vous la baissez à 40 000 €. Prenez donc modèle sur M. Sauvadet pour qui vous avez mouillé la chemise ces mois derniers et qui est retourné à son Conseil Départemental.

 M. Sauvadet a signé une convention à 240 000 € avec sa CMA pour 

 " développer la densité artisanale, soutenir et rendre visible l’excellence artisanale et l’esprit d’entreprise aux jeunes générations" 

Quand on veut on peut !  

Pas d'ambition non plus pour le très haut débit, alors que la Présidente Marie Guite Dufay, vient de faire voter au Conseil régional une subvention de 11, 8 M € pour le Jura!

 

 

Mes  collègues vont eux aussi intervenir sur les dossiers que nous allons maintenant étudier. 

 

Mais nous vous le demandons, innovez, trouvez des idées, changez de cap Monsieur le Président. Vous allez laisser mourir le département, vous laissez croire qu’il ne sert plus qu'à payer les dépenses obligatoires. Ce qui est faux.

 

Nous avions fait le choix de ne pas éteindre la lumière et de mener des actions fortes pour un département qui rayonne, qui compte et qui se construit une identité. 

 

Enfin un dernier mot sur un sujet qui préoccupe les Jurassiens: la carte de coopération intercommunale qui sera votée en préfecture par la CDCI où siègent les conseillers départementaux. Il y a de profondes divergences de point de vue entre nous et je vous ai déjà réclamé un débat public en octobre.

 La grande communauté de communes de Champagnole que vous avez en projet inquiète et ne fait pas l'unanimité.

Vous en êtes le président et en même temps vous êtes président du Conseil départemental. Ce sont deux choses différentes. Vous êtes garant de la solidarité territoriale. Quel sens prendra alors la défense de la ruralité quand nombre de communes rurales seront intégrées au Plan local d’Urbanisme Intercommunal des nouvelles grandes communautés de communes? 

Ce découpage nous concerne, c'est un schéma  appelé  « départemental » et c'est une organisation  territoriale de l’espace du département. En tant qu’élus départementaux, nous sommes donc directement impliqués dans cette élaboration.

Cette loi nous concerne également parce qu’en enlevant au département la clause de compétence générale et en limitant nos compétences, elle remet également en cause notre façon d’intervenir et d’agir dans un certain nombre de domaines et notamment dans celui de l’aménagement du territoire. Nous devons en débattre.
Nous n'avons pas davantage d’informations de la part des parlementaires qui ont été reçus par Monsieur le Préfet et qui n’ont pas communiqué la position qu’ils ont prise. 

 

 Vous le voyez nous avons de quoi débattre, il y a du grain à moudre.

Nous bannirons les débats inutiles et stériles et nous saurons rester respectueux . Sachons redonner au débat politique du sens et de la dignité, c'est aussi un moyen de faire barrage aux extrémistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
Published by Danielle Brulebois