13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 22:19

danielle-brulebois--ps--et-jacques-pelissard--ump--photo-ph.jpg

 

 Si vous êtes élu(e), allez-vous voter pour ou contre le réforme des retraites?

Danielle Brulebois (PS) : Je vais bien sûr voter pour cette réforme, qui est financée de façon responsable. Les premières mesures sont le départ à 60 ans avec 41 annuités cotisées. Après il y aura des renégociations avec les partenaires sociaux concernant surtout la pénibilité.
Le congé maternité, c’est fait, mais il faut aussi reconsidérer les périodes de chômage. Il est nécessaire aussi de revoir la retraite des agriculteurs qui sont les grands oubliés et les points cotisés des époux car celles qui sont les plus pénalisées, ce sont les femmes des agriculteurs. Il faut absolument les revaloriser comme toutes les petites retraites.

Jacques Pélissard (UMP) : D’abord, on peut s’en réjouir, on a une espérance de vie qui a progressé. Le fait de ramener la retraite à 60 ans dans des conditions d’improvisations financières ne me parait pas raisonnable, c’est une démarche coûteuse qui va coûter cher. Financer des promesses électorales en faisant supporter le coût par les contribuables et les salariés ne me parait pas responsable. Je ne vous le cache qu’il y a des choses intéressantes mais il aurait fallu un débat. Le gouvernement a voulu passer par un décret pour des raisons électoralistes.

> Après l’annonce de recruter 1000 enseignants pour la rentrée 2012, combien de classes peuvent être sauvées ?

J.P : Monsieur Hollande a précisé sa pensée : les classes devront être préservées s’il y a les effectifs suffisants. J’ai insisté au niveau national pour que l’ensemble des classes reste à l’identique.
Dans le Jura, en un an, le nombre d’effectif a baissé de 791 élèves. Face à ça, il y a eu des suppressions de classes. Je prends le pari qu’avec des effectifs qui baissent, aucun gouvernement que ce soit n’aura un rajout d’effectifs. On a limité la casse si je puis dire. Il y a 31 fermetures de classes mais 5 créées donc ca nous amène à 26. J’ai demandé à ce qu’il y ait des recomptages à la rentrée. Pour l’ensemble du Jura, il y a 8 postes à affecter. 26 moins 8, il reste 18 postes. On a assez bien tiré notre épingle du jeu.

D.B : Nous sommes un des départements les plus touchés par les fermetures de classes. Sept villages sur dix sans école, 31 classes fermées à la rentrée. François Hollande compte bien revoir cela. Je me battrai pour que la moyenne soit de 25 par classe et qu’on ne ferme pas pour un oui ou pour non. Je peux m’engager, à une ou deux près, à ce que les 31 classes soient maintenues. Nous avons 80 enseignants sans poste. Le Jura sera prioritaire et on remettra en place des formations demandées dans les lycées professionnels où il y a de l’emploi. Nous reviendrons sur le schéma territorial des écoles qui impose la compétence scolaire aux communautés de communes, alors qu’il a des SIVOS qui marchent bien. Il faut leur redonner la dotation de l’Etat.

> Parlons emploi, Alizéo qui ferme, SKF qui a du mal à recruter, comment rendre la circonscription attractive ?

D.B : Alizéo, c’est l’échec d’une politique qui n’a pas de vision d’avenir. Au conseil général, nous avons reçu le PDG lundi. Nous allons maintenir les bâtiments. Le véritable levier, c’est la politique industrielle et l’investissement. Ce sera résolu grâce à la banque d’investissement voulue par François Hollande. Je serai bien placée pour m’occuper de cela avec MM. Montebourg et Moscovici. Ce territoire a besoin d’un schéma de développement économique, des pépinières d’entreprises et des formations pour nos jeunes. L’autre mesure, ce sont les 50 000 contrats générations . Embaucher un jeune sans charge dans les entreprises de moins de 50 salariés et maintenir les seniors pour le former, c’est très important.

J.P : Alizéo, la CCBL l’a soutenu pour alléger le coût du bâtiment. Les collectivités ne peuvent pas se substituer aux entreprises. Le taux de chômage sur le bassin lédonien est de 6,4 %, le deuxième meilleur de Franche-Comté. On n’a eu une situation intéressante car des entreprises se sont développées. Je me suis aussi battu pour avoir des formations. On accompagne les entreprises, la fiscalité n’a pas augmenté. On a une démarche d’écoute et d’appui envers elles.

> Concernant la santé, comment endiguer les déserts médicaux ou le déficit de l’hôpital ?

J.P : Pendant de longues années, on a formé un nombre de médecins insuffisant à mon sens. On remonte la pente mais avec un temps de formation plus long. Face à cela, il faut répondre avec des solutions intelligentes. Nous avons développé l’hôpital. Je me suis battu pour avoir un IRM, un scanner. 14 médecins ont été recrutés, un Urologue est annoncé en septembre. Un centre de dialyse médicalisé ouvrira d’ici un an. Nous travaillons en réseau avec le CHU. La loi communauté hospitalière de territoire permet d’avoir une approche en réseau des hôpitaux du Sud Jura et cela porte ses fruits. Depuis le 1er juin nous avons une direction commune pour l’ensemble de ces hôpitaux. Je me bats aussi pour le développement des maisons de santé

D.B : La loi Bachelot est une mauvaise loi, elle n’a pas empêché le déficit de la sécurité sociale. Elle a contribué à faire des déserts médicaux et 30 % de gens renoncent aux soins car les médicaments ne sont plus remboursés. Avec François Hollande, il y aura une nouvelle loi. Hors de question de faire de l’hôpital une entreprise. L’hôpital de Lons s’est dégradé depuis 10 ans. Il faut qu’il redevienne un pôle d’excellence de santé

Pour ou contre une loi sur le harcèlement sexuel ?

D.B : Les femmes ne sont pas assez protégées, il faut y revenir
J.P : L’ancienne loi n’était pas assez précise. Il en faut une nouvelle

> Pour ou contre le mariage homosexuel ?

J.P : Chacun a le droit de faire se vie comme il l’entend, mais je n’y suis pas favorable. Le mariage doit être réservé à des personnes de sexe différent. Il existe déjà le Pacs pour les homosexuels
D.B : Je n’ai pas d’idée arrêtée sur la question. Cela mérite une reflexion approfondie, car sous cette question, se pose celle de l’adoption. Une chose est sûre : le Pacs n’est pas suffisant. Il doit évoluer

> Pour ou contre la dépénalisation du cannabis ?

D.B : Contre. Mais il faut entamer un véritable travail de prévention auprès des jeunes. Plus de surveillance et de rigueur aussi. Il faut redonner les moyens à la police dans sa lutte contre les trafics de stupéfiants

J.P : J’y suis défavorable. Le cannabis est un danger pour le corps et l’esprit. Chaque travailleur social que j’ai rencontré me l’a dit.

> Pour ou contre le droit de vote des étrangers non communautaire aux élections locales ?

J.P : Contre. Je préfère que ces personnes se fassent naturaliser Français. Cette démarche est simple et rapide. Elle est également plus saine, moins pointilliste qu’un droit de vote aux élections locales. Et ce dans le respect des valeurs de notre pays

D.B : Je suis pour. Ces personnes travaillent chez nous et créent de la richesse. Ils ne peuvent pas être élus, mais il est normal qu’ils participent au choix des élus locaux.

> Pour ou contre une loi encadrant le montant des loyers ?

D.B : C’est nécessaire. Le pouvoir d’achat a plongé. Petits salaires, petites retraites, explosions des charges... Cela pèse sur les ménages et le loyer est un important poste de dépense

J.P : Il faut peut-être des barrières contre des attitudes excessives, mais un encadrement serait assez inopérant, surtout sur notre zone. Regardez le prix de l’essence. Il baisse actuellement. Et ce, sans encadrement.

> Le projet de prison de Saint-Julien figure-t-il parmi vos priorités ?

J.P : Au départ, dans ce canton qui a compté jusqu’à 1000 habitants et qui n’en recense plus que 450, également dépourvu d’activité industrielle, l’idée des élus était de créer de l’emploi et de renforcer la démographie. J’ai relayé le dossier de cette maison de réinsertion auprès du ministre car ce projet m’apparaît intéressant.

D.B : Ce projet a été mal amené. Et puis je ne peux pas accepter ce projet avec des fonds privés qui coûterait plus cher à l’état. Ce qui est grave, c’est que c e projet fait à l’envers a divisé la population et pour longtemps

> La gare de Lons n’est pas desservie par le TGV. Serait-il envisageable qu’elle le devienne ?

D.B : Il faut se pencher sur le problème des transports en gare de Lons de façon globale. Cette gare LGV est partie ailleurs. Il faut effectivement retrouver des solutions. Avec la Région et le Département, nous sommes en train de travailler au pôle multimodal de Dole et nous ferons de même pour Lons

J.P : J’ai défendu le projet de ligne TGV Rhin-Rhône avec sa branche sud qui prévoyait une gare bressanne aux limites du Jura et de la Saône-et-Loire. Il n’a pas abouti. Ce schéma a été remis en cause car certains ont considéré que les liaisons ne seraient pas assez rapides. La Région a néanmoins relancé les études. Attendons le rendu. En parallèle, je me bats pour l’amélioration des laisions TER existantes, notamment vers Lyon.

> Quelle est votre position sur le cumul des mandats ?

J.P : « J’estime que le cumul permet des expériences conjointes. On ne peut pas être sur son nuage à Paris, sans être les pieds dans la glaise ici. Il faut être dans la réalité du maire pour faire avancer les dossiers du député. Sans la connaissance du terrain, tout cela n’est pas possible.

D.B : «Le cumul est un fléau pour la démocratie, cela confisque les pouvoirs et empêche les autres talents d’émerger. Avec le cumul des mandats, on est moins près des gens et de leurs réalités. Or, pour être représentatif de la société, il faut vivre avec eux. Les Français n’en peuvent plus des privilèges des grands élus».

> Les électeurs qui ont choisi le FN au 1er tour auront un poids considérable dimanche, quel message leur adressez-vous ?

D.B : «La circonscription a choisi François Hollande et aujourd’hui, il faut que le Président de la République ait une majorité car la cohabitation entrainerait une crise politique dans notre pays. Le député godillot, c’est Jacques Pélissard qui l’a été en votant toutes lois de Nicolas Sarkozy. La circonscription doit saisir la chance d’avoir un député dans la majorité. Les petits réseaux entre amis, c’est fini. Il faut se rassembler derrière les valeurs de société plus juste défendues par François Hollande

J.P : «Je n’ai pas de message à faire passer à tel ou tel parti. Je suis un candidat de rassemblement, sans sectarisme. Que veulent les électeurs de la circonscription ? Un député godillot ? Ou un député qui travaille beaucoup, efficace, qui a de vrais réseaux nationaux avec des possibilités d’action pour faire avancer les dossiers du territoire et qui connait les subtilités politiques ?

Recueillis par Hélène Leclerc, Renaud Lambolez, Eric Thielland et Cyrille Brero


Publié le 13/06/2012 à 06:01

 

Vos commentaires

orphee39 14.06.2012 | 09h18
avatar de l'utilisateur

ÊRREUR

Lê rôle d'un député est d'agir pour le bien de tous les français et non de favoriser tel ou tel ami sur son secteur. Secteur que M. Pélissard ne connaît d'ailleurs pas bien après 4 mandats si l'on en juge par les chiffres faux qu'il donne concernant la population du canton de St-Julien. Il a mis la zizanie sur ce secteur en voulant favoriser le projet de prison de son ami Botton.

NON ET NON

au cumul des mandats, à plus de 2 mandats successifs : il y a des idées neuves, de la volonté et du travail chez d'autres personnes que chez notre ancien député. Quant aux "vrais réseaux nationaux" et "subtilités politiques" cela peut englober tout et n'importe quoi nous en avons souvent la démonstration.

marc lexpert 14.06.2012 | 00h23
avatar de l'utilisateur

Prison : 54% des électeurs contre

J'ai toujours voté pour M Pélissard, et je suis complètement déçu de sa gestion du département. Durant toutes ces années, il n'a rien proposé de bien pour le canton de Saint Julien. Il nous prend pour des idiots en nous faisant croire que d'installer une prison sera le paradis. Surtout que ce projet est porté par sa femme et ses amis. Soyez honnête et intègre. Pensez à la population et non au copinage.

Mme Brulebois est plus objective, il faut du sang neuf, et remplacer les vieux dinosaures…

 

fremen39 13.06.2012 | 19h33
avatar de l'utilisateur

La prison...

J'ai bien noté la position de madame concernant le projet de prison que M. Perny verrait bien à Courlaoux parait-il... Je vote généralement à gauche, mais ferais une exception suite à cette position et je ne suis pas le seul dans ce cas.

Les opposants ont fait beaucoup de bruit, savent se servir de bombes de peinture,

sont-ils les plus nombreux?

Nous le saurons bientôt,,,

bernard-charles 13.06.2012 | 15h40
avatar de l'utilisateur

PLUS D'ELUS PROFESSIONNELS!!!

Interdire à tout élus de se représenter plus de 2fois de suite cela éviterait beaucoup de "magouilles"

Robot 13.06.2012 | 11h40
avatar de l'utilisateur

M. de La Pallice

Une démarche coûteuse qui va couter cher déclare le dépputé sortant. la Pallice n'aurait pas dit mieux. Une chose simple qui n'est pas compliquée.

Robot 13.06.2012 | 11h38
avatar de l'utilisateur

Si on suivait la logique de Monsieur Pélissard

Il n'aurait pas fallu l'élire à son premier mandat puisqu'il n'avait pas d'expérience ! Son argument est vraiment nul. En tant que maire, il bloque même les veéllités de promotion de ses propres conseillers.

 

Les commentaires sont clos.

 
 

I

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans REVUE DE PRESSE