27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 22:23

 

 

Le Dindon enchaîné a soufflé ses dix bougies à la une de la presse quotidienne.

Reconnu par ses pairs,  le vilain petit canard jurassien a gagné ses lettres de noblesse!

 

dindon_enchaine_les_10_ans.jpg

 

 

Depuis dix ans le volatile bressan s'amuse comme un fou dans son poulailler et malgré le temps qui passe,  il n'a pas l'intention de cesser de glouglouter!

Il y a parfois laissé quelques plumes, mais personne n'a réussi à lui tordre le cou.

Il peut faire sienne la devise qu'avait  inventée HEGASSIER en 1915 pour le Canard enchaîné: " tu auras mes plumes, tu nauras pas ma peau"

Média insolite, puis objet de curiosité sur Internet,  il a , lui, trouvé très tôt la grande porte du  web.

  Cette semaine, c'est en véritable héros qu'il s'invite dans la presse locale et sur le blog de FR3.

  Son succès tient plus à sa liberté de parole qu’au côté non académique et fantaisiste de sa ligne éditoriale .

 Bien qu’elle se dise enchaînée,  la bestiole se déchaîne sans compter dans la basse-cour des politiques,  donnant des coups de bec à droite,  à gauche, sacharnant sur les uns, épargnant les autres .

Cest ce quaime son lectorat.  La presse satirique traverse le temps, c'est une voix d'avenir, dans le Jura aussi.

Quatre siècles avant lère chrétienne, Aristophane, ( nous avons eu le plaisir de le redécouvrir récemment grâce à la MJC) tournait déjà en dérision la classe politique athénienne.  

  Aujourd'hui il faut se rendre à l'évidence, lexpédition osée du gallinacée pour la liberté d'expression, emballe de plus en plus les lecteurs jurassiens .

 

 Alors que les circonvolutions sémantiques de la presse traditionnelle sinscrivent dans un

environnement d influences, d intimidations, de pressions de toutes sortes, le Dindon est clairement indépendant.

Les titres de presse sont assez dépendants des ressources liées à la vente des espaces publicitaires et des annonces légales,  de celles  des grandes collectivités en particulier.

Il ne faut décevoir ni les bons clients ni les actionnaires.

Le Dindon, lui,  peut monter sur ses ergots autant quil le veut,  il vole de ses propres ailes.  Sa ligne journalistique et sa ligne économique sont affranchies de toute entrave.  Clairement indépendant, il se bat  bénévolement et gratuitement pour faire valoir ses humeurs, ses points de vue et ses analyses. 

 

Avec sa marge de liberté , il participe à la pluralité de linformation et au combat démocratique.

  Sa plume acerbe est parfois caustique, tendancieuse, voire irrespectueuse .

Mais dans la classe politique, le ridicule ne tue pas . L'important n'est- il pas d'occuper le terrain ? Fusse dans des  chroniques au vitriol!


Il faut reconnaître à Alain Pernot ses mérites et son besogneux travail  dinvestigation.

Il connaît parfaitement les rouages du Conseil général et le fonctionnement de l'institution.

Il habite Froideville dans le canton de Chaumergy. Je lai côtoyé lors de la campagne du premier tour de lélection cantonale  de 2008 parmi mes quatre concurrents.

Il a récolté 5,7% des suffrages.

Cette campagne sest déroulée dans une ambiance sereine,  respectueuse des personnes et du débat didées et  j'ai apprécié sa loyauté.

  L es législatives m a appris quon peut découvrir en campagne, adversaire beaucoup moins digne  et moins honnête!

 

Réponse à un lecteur ami  à propos de cet article: 

Un peu d'humour : il ne faut pas prendre tout au premier degré en politique , la dérision est un mal nécessaire, le dindon a beau faire la roue, encore et encore, c' est un animal inoffensif et grégaire, dont la vocation première est d'être engraissé pour finir à la casserole associé à la farce!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans POINTS DE VUE & TÉMOIGNAGES