2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 21:20

Lons en carrefour national pour un congrès trés pédagogique

"Réunis en congrès national à Lons de mercredi à vendredi, une trentaine de directeurs de centres départementaux de documentation pédagogique étaient reçus jeudi au conseil général par Daniellee Brulebois, la première vice-présidente, et Jean-Marc Milville, l’inspecteur d’académie. Dans le Jura, ils ont planché sur le thème «CDDP, carrefour de formations : des pratiques d’aujourd’hui aux modèles de demain». Le Progrès du 8 octobre 2011"

congres-Cddp.jpg
                                                                       Photo le Progrès

 

Accueil du Congrès de l’Association Nationale des Directeurs de Centres Départementaux de Documentation Pédagogique

 

Conseil Général – Jeudi 6 octobre 2011

 

 

Monsieur le Recteur d’Académie, Chancelier des Universités,

Madame Brigitte Monnet, Conseillère Régionale, (représentant Madame Marie-Guite Dufay, Présidente du Conseil Régional),

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Monsieur le Directeur Général du CNDP,

Madame la Présidente de l’Association Nationale des Directeurs de CDDP,

Madame la Directrice du CRDP,

Mesdames, Messieurs les Inspecteurs pédagogiques régionaux;

Mesdames et Messieurs les Directeurs des CDDPet  Professeurs

 

Tout d’abord, au nom du Président du Conseil Général et de mes collègues Conseillers Généraux, je vous remercie d'avoir répondu à notre invitation. C’est pour nous un grand honneur que de recevoir dans notre département l’événement d’importance nationale que représente votre congrès annuel.

 

Nous sommes très heureux de vous accueillir  au Conseil Général et votre présence ici témoigne de la qualité des relations que Monsieur l’Inspecteur d’Académie et Monsieur le Directeur du CDDP ont su tisser avec les élus de notre collectivité, dans l’estime réciproque et la volonté de travailler ensemble.

 

Pour nous, élus de ce Conseil Général, la parole publique, quand elle s’adresse à vous, reste fidèle à l’esprit de gratitude et de respect qui inspirait, il y a un siècle et demi, la lettre de Jules Ferry.

 

En tant que Vice-Présidente en charge de l’éducation, des collèges et de la culture, je tiens à vous témoigner admiration et reconnaissance pour l’énergie et l’engagement avec lesquels votre association porte la réflexion, pour trouver les réponses les plus adaptées aux défis éducatifs de notre temps.

 

Nous partageons les mêmes ambitions que vous pour la jeunesse. Nous l’avons mise au cœur de nos politiques et dès cette année nous avons redoublé d’initiatives à son égard, de la petite enfance à l’université avec un impact budgétaire estimé à plus de 60 M€. Cette dynamique s’illustrera concrètement par un plan pluriannuel d’investissement dans les collèges portant sur l’amélioration du cadre de vie, par le développement de mesures visant à l’épanouissement des collégiens en facilitant l’accès à la culture et au sport, et par  le déploiement d'équipements informatiques modernes permettant l’accès aux Nouvelles Technologies de l’Information et la Communication.

 

Ce domaine fait partie de nos compétences obligatoires. Nous sommes convaincus que l’effort sur les ressources numériques tant pour les élèves que pour les enseignants. Nous serions bien sûr dans l’incapacité d’accomplir cette mission sans le partenariat étroit avec l’Education Nationale et sans l’expertise de notre CDDP. Si nous pouvons afficher une politique aussi volontariste en matière de TICE, aujourd’hui, c’est grâce à votre accompagnement et à vos conseils sur les matériels, les cahiers des charges, les référentiels.

 

C’est bien naturellement que nous nous tournons vers le CDDP, opérateur essentiel, qui, par son ancrage dans le département, est un service public de proximité au cœur des politiques éducatives et territoriales.

 

Il permet un accès équitable aux ressources de formation, de construction et d’accompagnement des enseignements. Il favorise ainsi l’égalité des chances à l’école à laquelle nous sommes attachés.

 Vous le savez les collectivités se voient dans l’obligation de réduire leurs dépenses, les ressources se tarissent et ne permettent plus de couvrir les dépenses obligatoires transférées par l’Etat :APA, PCH, RSA,  qui augmentent chaque année.

 

Bien que le CDDP ne fasse pas formellement partie de nos obligations régaliennes, nous avons la volonté de conforter de manière claire et durable sa légitimité, sa présence, son développement. Nous sommes heureux de l' héberger dans nos murs et c’est bien volontiers que nous participons à son fonctionnement, subvention que nous allons revoir à la hausse dès le prochain budget.

 

Par sa présence sur le site de l'IUFM qui réunit maintenant les masters et les licences pro, il participe au rayonnement intellectuel et culturel de notre département. Nous souhaitons rendre ce lieu attractif et continuer  à proposer une offre universitaire de proximité. Il faut que le plus grand nombre de nos jeunes jurassiens puissent avoir accès aux études supérieures surtout les plus modestes. Le CDDP participe à cette attractivité.

 

Le centre multimédia et la médiathèque qu’il partage avec l’IUFM constituent un véritable joyau que nous souhaitons intégrer à notre portail JUMEL et à notre schéma départemental de développement de lecture publique. Nous allons nous rapprocher  encore plus du CDDP car nous avons totalement adhéré au déploiement des usages numériques, volonté de Monsieur le Recteur. Comme lui, nous pensons que l’école ne peut rester hors du tableau de cette nouvelle ère technologique qui s’ouvre à nous, et nous considérons que l’école ne peut plus nier les écrans, il en va de son avenir.

 

La volonté politique des élus locaux ne suffit pas, nous apporterons bien sûr les moyens mais nous avons besoin de vous pour les mettre en œuvre. Dans les prochains mois et les prochaines années, nous savons que nous pourrons compter sur le CDDP, pour la formation des enseignants aux TICE et pour l’édition des contenus imprimés et audiovisuels dématérialisés, et du logiciel BCDI.

 Monsieur le Directeur du CDDP, vous êtes en permanence à notre écoute et nous mesurons notre chance. C’est ainsi que vous vous êtes proposé pour être le support d’expérimentation de tablettes, auprès d’une classe et de son équipe pédagogique, afin de nous guider dans nos choix d’équipement individuel des collégiens.

 

J’ai confiance en la force d’innovation et de réflexion de nos CRDP et CDDP qui ont toujours été précurseurs. Ils se sont investis depuis longtemps dans le numérique, ils ont acquis une connaissance fine de notre département et de ses réseaux, un savoir faire et une expertise reconnue de tous.

 

J’ai le sentiment que dans ce département, dans cette académie, nous sommes aux portes d’une généralisation réussie des usages du numérique dans les établissements scolaires, avec la mise en œuvre de l’ENT et des différents projets soutenus ou initiés par l’Education Nationale.

Grâce à la volonté et à l’adhésion de tous les acteurs en charge de la jeunesse et de l’éducation, grâce à la bonne articulation de leurs compétences complémentaires par le CDDP, nous pouvons être confiants dans la réussite de l’école numérique. Cette mutation technique sera pour notre école plus qu’une révolution. Certains la comparent à la naissance de l’imprimerie. Pour ma part, je refuse de les mettre en concurrence voire en parallèle, car j’espère de tout cœur que le livre, en tant qu’objet matériel culturel, comme la création littéraire, survivra. N’oublions pas que la littérature, les romans fondateurs, de Mme de la Fayette à Hugo ou Zola, ont engagé la réflexion sur la société et fait de notre civilisation contemporaine ce qu’elle est.

 

De même qu’elle fut inventée par les Grecs, lors de la progression de l’écriture, de même qu’elle se transforma avec l’imprimerie à la Renaissance, aujourd’hui la pédagogie évolue avec les nouvelles technologies. Nous en avons tous conscience.

 

Développer l’e-éducation est un enjeu majeur pour les nouvelles générations. Des pratiques d’aujourd’hui aux modèles de demain, je sais que les acteurs de l' Education Nationale sauront faire de cette révolution une Renaissance au sens humaniste du terme, au service de l’homme, de sa culture et de son éducation afin que l' école ne laisse personne au bord du chemin et soit en mesure de répondre aux besoins d’une société de la connaissance.

 

« Je voudrais avoir 18 ans, l’âge du Petit Poucet, puisque tout est à refaire, puisque tout reste à inventer », écrit Michel Serres en enviant les gens qui ont pour métier d’anticiper le savoir et les pratiques à venir.

 

Entendre venir le contemporain, c’est justement l’objectif de votre congrès, je vous souhaite de fructueux échanges et de riches travaux.

 

Nous avons besoin de vos lumières. Je vous remercie. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BRULEBOIS Danielle - dans POINTS DE VUE & TÉMOIGNAGES