14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 22:30
hamon3.jpg
 
Le Ministre de l'économie sociale et solidaire Benoit HAMON est venu au Conseil général du Jura après sa visite de JURATRI, première SCOP du département. Un déplacement qui avait pour thématique l’Economie sociale et solidaire comme levier pour la création d’emplois.
JURATRI démontre par ses succès industriels et commerciaux qu'entreprendre en Scop participe pleinement de la compétitivité de l'économie française. 
JURATRI est un bon exemple du modèle alternatif d'entreprise, fondé sur les valeurs humanistes , l'innovation, la pérennité et une vision à long terme.
 
Benoit Hamon veut défendre les besoins des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans toutes les politiques publiques et être attentif à ce que les textes législatifs ne les oublient pas .
 Il a fait en sorte que les instruments financiers de la Banque publique d’investissement (BPI) soient adaptés aux caractéristiques et aux exigences de l’économie sociale et solidaire, notamment pour le financement des entreprises coopératives. La structure en capital des entreprises de l’économie sociale et solidaire ne doit plus être obstacle en soi pour leur accès aux financements, dès lors qu’elles sont viables et rentables. Elles doivent être jugées sur
leur projet économique et pas sur leur statut
 
.hamon4.jpg
L’économie sociale et solidaire figure au rang des secteurs prioritaires pour la réorientation du programme d’investissements d’avenir (PIA). L’objectif est maintenant de permettre aux « PME de l’ESS » d'accéder aux financements en fonds propres, notamment lorsque les levées de fonds portent sur des tickets d’investissement importants.
Par ailleurs, en parallèle du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi dont bénéficient les entreprises, un abattement de 20 000 € est alloué aux associations qui paient la taxe sur les salaires. Le tiers des associations ne paieront plus cette taxe et plus de la moitié verront leur prélèvement diminuer par deux.
Des réflexions sont en cours pour améliorer leur régime fiscal et leur situation en termes de compétitivité.
Enfin, il y a bien entendu le dispositif « emplois d’avenir », qui est calibré pour les associations, notamment parce qu’il a été élargi au bac + 3 pour les jeunes issus des zones  de revitalisation rurale et des quartiers difficiles . L’économie sociale et solidaire constitue un gisement d’emplois. Benoît Hamon a signé deux conventions d’engagement pour le recrutement de vingt-trois jeunes en emplois d’avenir et parrainé cinq recrutements en
emplois d’avenir par le conseil général et Prodessa.
 
hamon6.jpg
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA