19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 22:03
Coup de théâtre après le vote de l'AG du CDT

Coup de théâtre après le vote de l'AG contre la restructuration du CDT: 


Le Président Pernot et ses troupes ne manquent pas de toupet! 


Privés de majorité sur leur résolution de douze licenciements au CDT,  ils vont maintenant contester  le vote. ( 21 contre les licenciements et 19 pour) 


Après les Forges de Baudin sur le Bon Coin sans que les élus ne soient au courant, le grand n'importe quoi continue... c'est grave, car aujourd'hui c'est un problème de morale politique qui défraie la chronique. 

Contester le résultat du vote des adhérents du CDT est inacceptable, et faire peser " de sérieux soupçons sur les personnes", sur leur sincérité et leur intégrité est indigne.  Les adhérents apprécieront ! 

Nous connaissons leur attachement au CDT, leur sérieux et leur honnêteté. Devant un sujet aussi grave, la casse d'un outil de travail indispensable au Jura et le licenciements de douze personnes, comment imaginer un instant qu'ils aient eu la volonté ou le cœur à tricher ? 

Chacun a voté selon sa conscience et ce choix doit être respecté.

Aujourd'hui on fait porter le chapeau au Directeur du CDT, Jean Pascal Chopard en lui faisant rédiger un communiqué sur l'irrégularité du vote. 

Or, légalement, ce n'est pas à lui de le faire, il n'est qu'un administratif et il y a une Présidente, Marie Christine Chauvin, qui a au nom du Conseil départemental du Jura a la responsabilité morale et politique de l'association. 

Le vote s'est déroulé conformément aux statuts et aux usages de l'association, sous la présidence de Madame Marie Christine Chauvin.
La liste d'émargement des présences des personnes habilitées à voter valant liste d'émargement pour le vote. 

Ce qui m'a été confirmé par Madame Chauvin, elle même, en cours de vote.
Justement,  je lui ai demandé, alors qu'elle suivait l'urne, pourquoi elle ne faisait pas émarger les votants. Elle m'a répondu devant témoins que ce n'était pas nécessaire et qu'elle avait bien vérifié que seuls ceux qui avaient une voix délibérative avaient eu un bulletin! 

A l'issue du vote, les bulletins ont été recomptés maintes fois. Madame Chauvin a annoncé elle même les résultats à l'assistance. A ce moment, elle a dit qu'il n'y avait pas de majorité absolue et qu'il fallait aviser. 
Je lui ai rappelé l'article 12 des statuts sur les délibérations.
Les décisions sont acquises à la majorité simple des suffrages exprimés. 
Soit 21 contre les licenciements et 19 pour. 

Ce vote contre le démantèlement du CDT est un cuisant échec pour Monsieur Pernot et pour Madame Chauvin, on le comprend, mais de là à prétendre que le scrutin est entaché d'irrégularités, il y a un pas hasardeux qu'ils n'hésitent pas à franchir. 
Tous les moyens sont bons pour nier la réalité. 

Et maintenant pour que la coupe soit pleine, 
il ne manquerait plus que la convocation d'une assemblée générale extraordinaire pour procéder à un nouveau vote. Avec choix des votants? 

Devant un tel manque de professionnalisme, dans l'organisation d'une simple assemblée générale, et l'irrespect des règles élémentaires de la démocratie, comment ne pas douter de la fiabilité et de la pertinence des propositions faites pour l'avenir du CDT, par la Présidente et le Président du Conseil départemental?

Danielle Brulebois, 
Au nom du groupe de l'opposition
du Conseil départemental.

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois