19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 19:09
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.

Le 9 octobre, Monsieur le Préfet, Jacques Quastana m'a remis les insignes de l'Ordre National du Mérite à Chaumergy. En ce jour d'exception, il m' a fait l'honneur d'un très beau et chaleureux discours.
 

  Remise de l’insigne de Chevalier de l'Ordre National du Mérite
à Danielle BRULEBOIS, Conseillère départementale
Salle des fêtes de Chaumergy – 9 octobre 2015
Monsieur le Sénateur
Monsieur le Président du Conseil Départemental
Madame la Conseillère Départementale
Mesdames et messieurs les Conseillers
Départementaux
Mesdames et messieurs les Maires
Mesdames et messieurs,
Chère Danielle,
J'ai beaucoup de plaisir à me retrouver aujourd'hui parmi vous en cette salle des fêtes de
Chaumergy. J'ai une satisfaction plus grande encore de m'y trouver pour remettre à Danielle
BRULEBOIS l'insigne de chevalier de l'Ordre du Mérite, qui vient consacrer la reconnaissance de
des mérites qu'elle n'a cessé de manifester et qui sont légitimement et publiquement distingués
aujourd'hui.
Danielle,
Le Jura est pour vous le territoire d’accomplissements importants et fondateurs.
Des accomplissements professionnels d’abord qui font suite à la scolarité que vous y avez
poursuivie à Lons, à l'Ecole normale . Après cette formation solide qui vous donnera une
spécialisation en matière d'enseignement, votre expérience vous l’acquérez pour l’essentiel dans le département, en Bresse d'abord puis à Sellières.
Votre parcours professionnel est exclusivement jurassien.
        
Des accomplissements familiaux viendront le conforter et vous fonderez avec votre mari une
famille dans ce département. Vous serez assez vite sollicitée par d’autres engagements. Vous vous êtes, en effet, largement investie dans le domaine associatif : on vous voit au don du sang à Bletterans, à la maison de la nature à Arlay où vous êtes secrétaire du centre permanent d’initiative pour l’environnement. Vous participez aux ateliers bressans à Chaumergy et je me suis laissé dire que vous aviez des talents de chanteuse, vous êtes ainsi membre fidèle de la
chorale Vocalis de Bletterans dont vous assurez aussi le secrétariat. Férue de marche et de course à pied, on vous voit régulièrement sur les sentiers de la bresse jurassienne que vous aimez tant.
Sans doute aviez-vous, depuis longtemps, l’attrait pour l’intérêt général. En 2008, vous avez eu
le goût puis le courage d’un engagement public en vous présentant aux élections cantonales. Vous y obtenez un des meilleurs scores du département.
La même année, vous aviez d'ailleurs été élue conseillère municipale de Chaumergy.
Votre parcours n’est pas une carrière . Il se caractérise par une mise au service de la collectivité de qualités de coeur et de compétences gestionnaires. Qu’il me soit permis de souligner
combien vous avez toujours été attentive, dans l’approche des nombreux dossiers dont vous avez eu la charge, aux préoccupations des citoyens, dans leur quotidien et leur vie matérielle.
Je les évoquerai sans aucun doute pour souligner la diversité des dossiers et la permanence de l’approche que vous avez toujours privilégiée. Sur tous les sujets et surtout les plus difficiles, vous avez sans cesse choisi de mener la concertation et d’établir un dialogue permanent
avec les personnes autant qu’avec les institutions.
Vous l’avez fait avec patience et conviction, persuadée que cet exercice est inhérent à la
démocratie.
Au sein de l’assemblée départementale, vous vous battez pour des valeurs qui vous ont toujours
été chères : je veux citer la défense du milieu rural, le renforcement du lien social, la protection des espaces naturels sensibles, l’accès à la culture pour tous et le maintien des services de santé.
Reconnue et appréciée pour vos compétences et votre engagement, vous devenez première viceprésidente du conseil général du Jura en mars 2011, où vous êtes la seule femme de la majorité siégeant dans cette assemblée.
Cette même patience vous a accompagnée pour assurer le suivi et la réussite de projets
d’ampleur : projet d’ampleur que celui de la rénovation des collèges, projet structurant que
celui du soutien au tourisme ou à la culture, ou de création de voies vertes.
Vous savez entretenir des relations authentiques avec vos concitoyens. Vous vous
attachez à rester au plus près des habitants de votre canton et de votre département, au plus près de leurs réalités.
Vous appréciez les événements populaires et je crois pouvoir dire que vous n’avez jamais
manqué une seule fête de la Mi St’embre ou la renommée Foire de Longwy-sur-le Doubs, pays denvotre enfance.
Chère Danielle, je n’ai sans doute pas cherché à être exhaustif mais j’ai interrogé ma mémoire,
celle des réunions de travail, des visites et des inaugurations. Elle me renvoie l’image d’une
activité et d’un volontarisme de tous les instants ; elle me renvoie l’image d’une élue attachée à la proximité, qui incarne les valeurs de la République dans ce qu’elles ont de plus simple et fondamental, la contribution au bonheur individuel, collectif et partagé des citoyens. Vous êtes à l’unisson de ce département, forte de la fierté du désintéressement ainsi que de la droiture et de la netteté de votre caractère.
Je suis donc très honoré que vous ayez souhaité que je vous remette l’insigne de chevalier
de l'Ordre National du Mérite.
Je souligne, pour conclure mon propos, que si votre action vous honore, elle honore également
votre famille et le département du Jura. Danielle, le grand chancelier de l'Ordre
National du Mérite m’a délégué ses pouvoirs, pour que j’assure votre réception dans l’ordre national, à laquelle je vais maintenant procéder :

Jacques QUASTANA
Préfet du Jura

Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.
Remise des insignes de l'Ordre National du Mérite par Monsieur le Préfet.

Mon discours:

 

Les propos aimables et élogieux que vous venez de tenir à mon égard, Monsieur le Préfet me touche infiniment. Ma reconnaissance est profonde pour le grand honneur que vous me faites en me remettant la distinction de l'ordre national du mérite.

 

Permettez-moi d'appuyer ces remerciements car votre personne, Monsieur le Préfet sera à jamais associée à cet événement important de ma vie.

Au-delà de l'immense respect que je porte au Préfet érudit et lettré que vous êtes, et de mon admiration pour votre action quotidienne au service de la République, de ses élus et de la population du Jura , recevoir cette médaille de votre part a pour moi valeur de symbole, le symbole d' un Etat qui porte haut les valeurs de la République et qui est attentif à chacun de ses  citoyens. 

 

Je vous remercie, Monsieur Tinguely,  Président de l'association de l’ordre national du mérite du Jura, ainsi que tous les membres de la section qui m' entourent, je suis fière de vous rejoindre et je ferai tout pour en être digne. Nous sommes à présent  compagnons de route pour le travail à accomplir en particulier en direction de la jeunesse.

 

Je tiens aussi à rendre hommage à deux prestigieux absents sans qui nous ne serions pas là.

Le grand homme d'Etat de notre nation, le Général de Gaulle qui a créé l'ordre, et notre Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, pour qui j'ai la plus haute estime, qui a proposé ma nomination au Président de la République.

 

Lorsque vous m'avez appelée Monsieur le Préfet pour m'annoncer la nouvelle, tellement inattendue,  je me suis d’abord demandé ce que j'avais bien pu faire pour mériter une telle distinction et je vous avoue sans fausse modestie que je n'ai pas encore trouvé la réponse.

Je mesure à quel point cet honneur dépasse mes seuls mérites, et je ne peux le recevoir que comme un hommage rendu à vous tous qui m'entourez, ici ce soir.

Je vous dis à toutes et à tous, du fond du cœur, merci d’avoir répondu positivement à mon invitation, je suis touchée par votre présence nombreuse.

 J’ai une pensée pour tous ceux qui sont empêchés en ce vendredi soir, des élus et des conseillers généraux retenus pas des obligations ou des réunions, leurs cordiales félicitations m’accompagnent .

Je vous transmets seulement  les excuses de deux personnalités amies qui m'ont demandé expressément de vous dire la raison de leur absence et leur regret de ne pouvoir être parmi nous, il s’agit de Gérard Bailly Sénateur qui a un empêchement majeur : son petit-fils se marie à 19 h et de Virginie Boccard directrice de Scènes du Jura, ma consœur chevalière de la promotion 2014, vous me permettrez ce néologisme, qui est à Paris pour son travail.

 

Mes chers amis si vous êtes là ce soir, c'est qu’à un moment ou à un autre nos chemins se sont croisés. Vous avez participé par vos compétences, vos idées, votre soutien, à la construction de ce parcours qui me vaut récompense. 

Mes « mérites » sont donc le fruit de ces relations nouées et de ces expériences partagées . 

Car, si nous sommes ce que nous sommes, c’est grâce à ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie personnelle, professionnelle et plus globalement publique.

En premier lieu  la famille. Je suis née dans une famille toute simple d'agriculteur.

On y travaillait dur la terre, mais on prenait le temps de faire de la musique et on aimait les livres. Mes parents m’ont transmis les valeurs essentielles, l'amour du travail bien fait, du beau, le respect des autres, le souci des autres, le plaisir de donner. Quand je pense à eux souvent  me reviennent à l'esprit les mots que PASTEUR, notre illustre savant jurassien, prononça devant sa maison natale à Dole.

Oh ! mon père et ma mère ! Oh ! Mes chers disparus qui ont si modestement vécu dans cette petite maison, c'est à vous que je dois tout !

 Regarder en haut, apprendre au-delà, chercher à s’élever toujours, voilà ce que vous m'avez enseigné."

 

 C'est ce que m'a enseigné aussi l’école de la République et ses instituteurs, ses professeurs;

Comme Charles Peguy ils croyaient que l’école peut répandre la lumière du progrès et qu’elle est  espoir d'ascenseur social. L’ école  normale de filles de Lons le Saunier le fut pour moi.

J'ai  profondément aimé mon métier mais je n'ai fait que mon devoir et ce fut facile.Car enseigner est le plus beau métier du monde. C'est aider les enfants à grandir, à développer ce qu'il ont de meilleur, à croire en l'avenir et à tout simplement aimer la vie.

Merci à tous mes élèves pour tous les bonheurs qu'ils m'ont  donnés.

Ces années d'enseignement ont été riches de relations humaines, de liens privilégiés avec les élus, avec les parents, avec la communauté éducative, avec nos inspecteurs de l'Education nationale, et je remercie en particulier  Monsieur Clavel, Monsieur Lemoigne, ici présents, qui m'ont accompagnée par leurs conseils et leurs encouragements. Ils ont toujours veillé à ce que l'école, au fil des réformes qui s’enchaînent, reste le cœur battant de la république.

Chers collègues, avec vous  Guy, Danielle, Christine, Jean Yves, Michelle et beaucoup d’autres nous avons partagé l'enthousiasme et l'amitié dans tant de  projets pédagogiques, souvenez – vous, les orchestres de flûte, l.Angleterre,  les classes de mer, de neige, le théâtre, les fêtes de Noel...

Nous étions et nous restons tous persuadés qu'il faut lier éducation et culture pour former des hommes libres et responsables, avec des  têtes bien faites et bien pleines. Ce  travail d’équipe, cette carrière d'enseignante ne me laisse  que d'heureux souvenirs.

 

Puis est venu le temps de la politique, par hasard, et tardivement ; je n'avais jamais envisagé un quelconque parcours politique dans ma vie, bien que passionnée depuis toujours  par le débat public et animée de convictions fortes.

 La reconnaissance qui m'est témoignée pour ce parcours aujourd’hui, je la dois à mes amis politiques, aux femmes et aux hommes qui m'ont encouragée,  aux conseillers généraux Bruno Guichard mon prédécesseur, à Robert Tournier Conseiller général voisin et ami, à Noel Noirot et Jean Louis Maitre présidents de la Communauté de communes. Ils m’ont convaincu de m'engager pour le canton; avec leur soutien je me suis inscrite dans la continuité de l'action  et des valeurs humanistes des conseillers généraux qui m'avaient précédée, Roger Joly , Noel Simonot et Bruno Guichard. Merci à vous car je ne l'ai jamais regretté, et je suis très heureuse de mon engagement.

Je pense de plus en plus qu'il faut croire en la politique, qu'il faut lui redonner ses lettres de noblesse à l’heure ou beaucoup s’en détournent et la décrient.

Il faut la faire exister comme une activité utile, juste, honorable au service des citoyens.

Je suis heureuse que notre assemblée se soit ouverte aux femmes.Je suis sûre qu'elles apporteront beaucoup en qualité aux débats et aux relations humaines; elles sont indispensables à la vie politique comme elles le sont aujourd'hui dans la vie civile.

Le mandat de conseiller général aujourd’hui conseiller départemental est un mandat passionnant parce qu'il embrasse les multiples dimensions de la réalité sociale,  la vérité quotidienne  aussi subtile que plurielle d'un  canton et d'un département...

En tant que première vice-présidente du Conseil général durant quatre ans, j'ai engagé des actions dans les domaines qui me sont chers, l’éducation, la jeunesse et la culture. Nous avons redoublé d’efforts à leur égard de la maternelle à l'université. C'est ainsi que nous avons par exemple agi pour conserver l'IUFM,  ou encore fait entrer les collèges dans l'ère numérique, cette nouvelle ère qui s’ouvre, semblable à l’invention de l’imprimerie disait Michel Serres.

J'appartiens à un courant de pensée pour lequel la culture, la connaissance, la curiosité, l'échange sont les meilleurs remèdes contre l’ennui, l'obscurantisme et la violence.

 

J'ai découvert au cours de ce mandat des milliers de personnes exceptionnelles et j'ai pu mesurer la chance que nous avons d'avoir dans le Jura un  tissu dense de bonnes volontés et d'intelligences. leur interaction fait du Jura une terre d'exception.

Car la volonté politique des élus ne suffit pas.

Les financements, les subventions du Conseil général n'ont jamais créé ni le génie ni le talent dans quelque domaine que ce soit.  Pour réussir, l’impulsion initiale d’une collectivité a besoin du travail collectif, de toutes les forces vives du territoire. Merci à vous tous ici présents qui, par votre dynamisme et votre créativité incarnez l'excellence de notre département.

 C'est un réel bonheur de travailler avec vous tous.

Je mesure le privilège qui est le mien, mon parcours a toujours été jalonné par la présence attentive et bienfaisante des autres, par leur générosité, leur compétence et leur savoir et pour toutes ces raisons cette distinction est aussi la vôtre.  Elle est pour moi, un formidable encouragement, à ne jamais baisser les bras, à toujours avancer même dans les combats difficiles et dans ma vie d'élue je sais pouvoir compter sur les qualités et le dévouement de Philippe mon coéquipier et nos suppléants Marie Paule et Eric . 

Je voudrais maintenant associer à ma joie et à l’honneur d'avoir été élevé à l'ordre national du mérite, ma famille ici présente.

Ma plus belle réussite ce sont mes enfants, mes quatre fils, mes adorables petites filles, tous mes proches et amis qui m'apportent leur soutien, leur affection fidèle.

 Enfin mes remerciements vont à mon Président, Monsieur le Président du Conseil départemental, cher Clément, qui avez tenu malgré vos nombreuses occupations à être présent,  je vous remercie de votre présence qui me touche, au-delà de nos différences politiques, j'ai une grande estime pour vous.

Quelle que soit la place où nous siégeons, nous avons tous un point commun, nous sommes attachés à la réussite de notre département et aux valeurs de la République. Et puisqu' à travers cette distinction que je reçois aujourd’hui c'est aussi le conseil général , notre belle assemblée qui est récompensée, je vous laisse la parole. 

Merci

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA