28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 21:00
Conseil départemental: Séance publique du 24 avril

La Séance du 24 avril 2015 qui avait pour objet la répartition des Conseillers départementaux dans les commissions de la collectivité et les organismes où elle est présente, a commencé comme le veut la tradition par le discours de politique générale du Président et l'intervention des groupes politiques.

Voici mon intervention au nom de notre groupe.

 

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

 

A l’aube de la nouvelle mandature qui s’ouvre, tout d’abord, je voudrais, puisque je n’ai pas eu l’occasion de le faire lors de la première séance publique, vous adresser nos félicitations républicaines, à vous Président, à vos Vice-présidents, à votre équipe et vous souhaiter à tous bonne chance.

 

Il y a un mois les Jurassiennes et les Jurassiens ont choisi l’alternance au Conseil Départemental du Jura, en y installant une nouvelle majorité.

Nous avons pourtant beaucoup et bien travaillé pour le Jura, pour les Jurassiens, et je rends hommage aux Conseillers Généraux qui n’ont pas été réélus , à ceux qui ont fait le choix de ne pas se représenter.

Le sentiment du devoir accompli a rendu la défaite plus difficile, mais ce sont les règles de la démocratie, nous acceptons et nous respectons le choix de nos concitoyens.

Nous ne sommes pas dans la rancœur, nous nous tournons vers l’avenir et dans les six prochaines années, nous ne serons pas dans la nostalgie des mandats passés. Nous ne sommes pas nombreux mais vous connaissez notre capacité de travail, notre attachement au Jura et je sais que vous nous laisserez occuper toute notre place dans l’assemblée départementale.

 

Mais, croyez-moi, être dans la majorité n’est pas toujours facile non plus. Vous le verrez, chacun à sa personnalité, ses idées, ses projets, ses différences, nuancer se positions pour parler  d’une voix unanime demande de nombreux efforts.

 

  Que nous soyons dans la majorité ou la minorité,  nous sommes tous aujourd'hui les élus départementaux du Jura. Nous devons rester humbles, respectueux du mandat qui nous est confié, et toujours veiller à ce que les intérêts partisans ne l’emportent pas sur l’intérêt général.

 

Il y a eu le temps des élections, le temps des affrontements et des oppositions. Aujourd’hui est venu le temps des débats, des décisions et du travail, tous ensemble, tournés vers nos concitoyens qui attendent beaucoup de nous en ces temps difficiles.

 

Ce qu'ils attendent, c’est que nous unissions nos forces, nos énergies et nos intelligences pour leur proposer des solutions au quotidien, pour résoudre leurs difficultés, pour les accompagner dans leurs projets car nous sommes dans un département où il y a beaucoup d’initiatives à soutenir, de dynamisme et d’enthousiasme à encourager.

 

Au-delà des inévitables et légitimes divergences de pensée, d’opinions politiques ou philosophiques, nous devons tous prendre la mesure du devoir qui nous incombe.

 

Pour ce qui est de notre groupe, au nom des valeurs humanistes et solidaires qui nous animent, nous porterons au sein de l’assemblée une voix progressiste et constructive. Nous serons une opposition attentive au fonctionnement démocratique de notre institution, nous défendrons avec force nos convictions et les valeurs de progrès, de justice, de solidarité entre les générations et les territoires.

Nous serons une opposition inventive, critique si nécessaire, mais toujours force de propositions.

 

Mais dans notre assemblée, celles qui ont fait une entrée remarquée ce sont les femmes. Leur arrivée massive dans notre conseil est un véritable évènement. De 5 élus nous passons à 17. Cette montée en puissance au sein de la collectivité est bien légitime puisqu’on l’observe partout ailleurs dans les composantes de notre société.

Je suis sûre que les choses vont changer. Les femmes sont indépendantes, tolérantes, patientes, elles s’investissent à fond et savent s’organiser. Enfin, les femmes, qui gèrent au quotidien la vie de la famille ont toute leur place dans une collectivité dont c’est la principale compétence.

 Je suis sûre, Messieurs , qu’elles apporteront beaucoup en qualité dans les relations humaines et en sérénité dans les débats. 

 

Vous avez constitué votre exécutif, Président, parfaitement paritaire en répartissant les vice – présidences sur les cantons ruraux et pas dans les agglomérations de Dole et Lons.

 J’y vois là votre souci de l’équilibre entre les territoires, vous qui, comme moi, aviez émis des réserves sur la création du pôle métropolitain en 2012. Je me permettrai encore une remarque. Vous avez placé l’éducation en 10ème position, à la dixième vice- présidence,  je sais que Madame Vespa apportera toute l’attention nécessaire à nos collégiens. Mais je vous rappelle que nous avions placé l’éducation, la jeunesse, la culture à la première place , nous en avions fait une priorité et nous veillerons à ce qu’elles le  restent durant les six prochaines années.

 

Je  voudrais vous dire aussi à tous que vous ne partez pas de rien et que vous trouvez une collectivité en ordre de marche, contrairement à ce qui a pu être dit durant cette campagne.

Le Département n’est pas en faillite.

 

Nous sommes dans une situation normale. Je n’ai pas dit florissante, j’ai dit normale, dans la moyenne des départements comme le nôtre. Qu’ils soient de gauche ou de droite d’ailleurs, nous sommes tous dans le même bateau en raison de l’augmentation de la dépense sociale, des charges non compensées,  des droits de mutations qui diminuent, des dotations de l’Etat qui baissent en raison des économies réclamées par la cour européenne. 

Du fait de la crise économique et des décisions gouvernementales, les allocations de solidarité incompressibles (APA, PCH, RSA) continuent de progresser chaque année (la PCH dépasse d’ailleurs maintenant l’APA).

Mais je le répète notre situation reste dans la norme malgré l’érosion de nos recettes depuis 10 ans. Il n’y a pas de dérapage incontrôlé, ni de faillite comme cela a été dit.

Bien que ce ne soit pas ma chaîne préférée, je vais citer BFM TV dont les experts économiques classent le Jura 28ème sur 95 départements pour la gestion globale, 50ème pour la dette, 8ème pour la voirie, 12ème pour les collèges. Ces chiffres concordent avec ceux de  l’étude « décomptes publics » exposée par le Progrès le 25 mars 2015.

 

Encore quelques mots sur la dette. Que n’a-t-on pas entendu sur la dette !

Oui elle a progressé de 43 % en 6 ans,  626 € par habitant en 2013 pour 600 € de moyenne nationale ! Mais la plus forte hausse c’est entre 2008 et 2010 ( + 22 % ) sous la présidence de Monsieur Jean Raquin.  Entre 2011 et 2013 elle a progressé de 12 %.

Depuis 2008, la dette progresse mécaniquement dans tous les départements.

Mais c’est quoi la dette d’un département ?  Elle n’a rien à voir avec celle de l’Etat

de plus + de 2000 milliards, qui a doublé en 10 ans .

C’est une dette qui correspond à des investissements, donc des aménagements, des équipements structurants pour le Jura, du travail pour les entreprises.

Elle a servi à payer des routes, des collèges, des casernes, à financer des logements, des EHPAD , des structures culturelles et sportives, des réseaux , de l’immobilier d’entreprise …

 Elle a créé de la richesse et de l’attractivité pour nos territoires.

Durant les quatre dernières années nous avons continué à payer les CTC, les ADCJ, dispositifs d’aide de la précédente mandature, les EDAT transformés en Aides thématiques.

Dire que le Conseil Général a été très mal géré est faux, bien au contraire notre directeur et nos services financiers ont fait preuve de beaucoup de discernement.

La nature des  emprunts d'un montant de 163 726 000 €uros, est importante .

Notre dette est saine.

Nous avons 44 produits, qui sont des prêts à taux fixes ou à taux variables avec échanges taux fixes contre variables et inversement. Ces taux variables sont tous encadrés, "capés", ou sous "tunnel de taux" ( Eonia ou Euribor 3 mois pour la plupart) .

Nous pouvons remercier nos services de n’avoir pas cédé aux sirènes des taux variables de Dexia , banques ou autres Crédit Agricole…. Comme tant d’autres collectivités l’ont fait.

Au Conseil général du Jura, nous n’avons ni emprunt toxique, ni prêts indexés sur le franc suisse!  Les taux étant favorables, nous remboursons de plus en plus de capital et la charge de la dette baisse.

 

Au-delà de ces aspects financiers notre collectivité est engagée sur la voie du progrès.

Vous pouvez vous appuyer sur 1 500 collaborateurs, les personnels du Conseil Départemental formés et compétents et dont nous avons pu mesurer le dévouement, et le sens du service public.

Je tiens à remercier particulièrement M. le Directeur  Général des Services, les directeurs et toutes leurs équipes pour le travail de qualité, accompli à nos côtés avec diligence et efficacité.

 

Vous disposez aussi de nombreux outils, de schémas départementaux, de feuilles de route, de chantiers ouverts qui ne demandent qu’à être poursuivis pour les familles, les personnes âgées, la jeunesse, la rénovation des collèges, l’aménagement numérique, le logement, l’économie, mais aussi pour les associations, l’éducation populaire, la culture, le développement durable….

 

 Vous avez évoqué les grandes lignes de votre politique pour les années à venir, je ne vais pas les reprendre une à une, nous aurons rapidement l’occasion d’en débattre.

Une remarque seulement sur les tablettes : j’ai entendu lundi sur Public Sénat , Monsieur le Sénateur Doligé, sénateur UMP, dire qu’il va équiper tous les collégiens du Loiret en tablettes numériques pour  leurs besoins éducatifs tant en matière d’enseignement que pour les devoirs à la maison. Mais ce qui le retarde, ce sont les investissements importants et  indispensables pour que  les réseaux internes et la connection soient à niveau dans chaque collège.

Vous, chers Collègues , vous trouvez les collèges jurassiens cablés en interne et raccordés à la fibre optique, totalement prêts, pour poursuivre l’opération tablette, cartable numérique qui va permettre à nos jeunes  de se préparer au monde de demain .

J’émets le vœu que les politiques volontaristes que vous avons initiées et que vous avez presque toujours votées à l’unanimité soient poursuivies.

 

 Vous avez commandé un audit de la situation financière. Nous adhérons à cette initiative et nous la voterons. En 2011 nous avons, nous aussi demandé un audit financier au cabinet Klopfer.

J’ai retrouvé  les interventions de votre camp alors dans la minorité en 2011 :

Monsieur Raquin président sortant : « on voit que ça va être dur pour les années à venir »

Vous-même Monsieur le Président : « pas de marge de manœuvre , de la gestion unique … »

Je crains que les conclusions du cabinet Klopfer  soient en 2015 du même registre qu'en 2011, mais ses projections et ses conseils nous seront à nouveau bien utiles.

 

Pour terminer, je nous souhaite à tous, ensemble, Monsieur le Président, six belles années de travail fructueux et dans un esprit respectueux des valeurs de la république, au service du Jura et des Jurassiens.

Danielle Brulebois

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans CONSEIL GÉNÉRAL DU JURA