12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 01:10
Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne

La consultation départementale sur la fusion des régions a recueilli 6 650 avis .

Bien qu'elle ne soit pas officielle, elle livre des enseignements intéressants. 

On peut en déduire qu'en majorité les Jurassiens jugent la fusion utile et que leur coeur penche largement plus vers la Bourgogne que vers Rhône Alpes.

 

Résultats:

"La fusion vous semble-t-elle une priorité?":
- Oui: 56%

- Non: 40%
- Blanc: 3%
- Nul: 1%

 Oui, réforme et fusion sont utiles à long terme.

Il faut ouvrir les yeux et se poser les bonnes questions, la France concentre la moitié du nombre total d'élus en Europe, 600 000 quand même avec quelque chose comme 36.000 communes, 26 Régions, 4.000 cantons.

 Il faut bien un jour avoir le courage de s'attaquer aux conservatismes et aux complexités de notre organisation territoriale.

D'ailleurs l'idée de  rapprochement de nos deux régions est dans les cartons depuis plus d'un siècle et en dernier lieu dans le rapport Balladur de 2009.

 

Pourtant au Conseil général du Jura comme ailleurs, le projet de restructuration continue à faire débat. Une nouvelle carte des régions ne sera de toute façon jamais une carte du tendre et il serait ridicule de se murer dans des calculs égoïstes ou purement politiciens.

 

Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne

"Où est la place du Jura":
- Bourgogne - Franche-Comté: 63,5%

- Rhône-Alpes: 20.5%
- Blanc: 13%
- Nul: 3%

 Comme la majorité des Jurassiens qui se sont exprimés, je pense que la fusion Bourgogne/Franche-Comté est naturelle et que cette nouvelle entité sera cohérente sur les plans historique, culturel, économique et européen .

- Nos deux régions sont liées depuis au moins deux millénaires, par un passé lointain, éduen puis burgonde, par les unions et désunions du Moyen Age et enfin par les riches heures de l'apogée des ducs de Bourgogne.

 

 

Au musée des beaux arts de Dole la statuaire bourguignonne rappelle l'appartenance de la Comté de Bourgogne à ce prestigieux duché.

Au musée des beaux arts de Dole la statuaire bourguignonne rappelle l'appartenance de la Comté de Bourgogne à ce prestigieux duché.

- Une dynamique de rapprochement est engagée par les différents acteurs et décideurs de la société civile qui n'ont pas attendu les politiques pour travailler ensemble et pour initier une organisation interrégionale dans de nombreux domaines.

Autant s'en inspirer, faire fructifier le travail entrepris et prolonger les nombreux partenariats instaurés entre nos deux territoires, à l’image des hôpitaux et des universités, du PRES, (Pôle Recherche Enseignement Supérieur Bourgogne Franche Comté) qui, en lien fort avec le tissu économique régional, réunit des écoles d'ingénieurs, des partenaires institutionnels et industriels. Cette  université nouvelle génération sera un instrument puissant au service du développement économique et social de nos  territoires, avec un pôle universitaire à Lons (ESPE).

 

D'autres établissements, comme les banques, la télévision, les mutuelles, les assurances,la SAFER, l'Etablissement français du sang ont acté depuis longtemps la proximité de la Franche Comté et de la Bourgogne.

 

Une université des métiers de l’artisanat Bourgogne - Franche-Comté doit prochainement voir le jour. Elle sera la réunion des universités des métiers des deux régions. De même que Vitagora, est le de pôle de compétitivité « goût, nutrition et santé » de la Bourgogne et de la Franche-Comté d'autres clusters interrégionaux sont possibles: véhicule du futur, optique, TICE, filière bois..

 

 

 

Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne
Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne
Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne

Nous avons, aussi bien en Bourgogne qu’en Franche-Comté beaucoup d'autres richesses qu’il faut conjuguer et faire croître.

Aussi bien dans les domaines de l'agriculture que de l'industrie nos régions sont complémentaires, Pour être plus fortes ensemble, elles ont de nombreuses cartes à jouer comme celle du tourisme. Les réseaux de sites clunisiens ou de véloroutes nous ouvrent la voie. Nos voisins ont besoin de nos lacs et de nos cimes enneigées, ensemble ne pourrions-nous pas sauver le Village Vacances de Lamoura?

 Nous pourrons bénéficier de la notoriété des grands crus de Bourgogne à l'international, pour vendre nos vins jurassiens à l'export... Quitte à vendre du vin à Shangai autant y aller à deux que tout seul!

C'est ce que font nationalement les Bresse comtoise et bourguignonne pour leurs AOC.

Chaque  année, les Glorieuses permettent aux poulardes et aux poulets de Bresse de Bletterans ou de Louhans d'aller séduire ensemble de nouveaux clients à Paris ou ailleurs.

 

 

 

 

En compagnie de Jean Charles Arnaud président de l'INAO, de François Patriat aux Glorieuses de Louhans, grand prix d'honneur pour Rachel Voisard éleveuse de Chapelle Voland

En compagnie de Jean Charles Arnaud président de l'INAO, de François Patriat aux Glorieuses de Louhans, grand prix d'honneur pour Rachel Voisard éleveuse de Chapelle Voland

- Au sein d’une future région Bourgogne Franche-Comté nous avons une position géostratégique pour les échanges Rhin- Rhône, avec la Suisse et Paris.

 

Le temps n'est plus à la controverse, mettons plutôt notre énergie à la construction de grands projets comme le développement des infrastructures ferroviaires, fluviales et aéroportuaires !

La relance des liaisons fluviales grand gabarit, le ferroutage sont des objectifs du Grenelle de l'environnement qui permettraient de développer des emplois dans le BTP ert l'industrie. L'aéroport de Dole a vocation à devenir la grande plate-forme régionale Bourgogne Franche-Comté, le Conseil général du Jura l'a beaucoup développée, il convient de trouver ensemble les moyens d'une collaboration, tout le monde aurait à y gagner. N'oublions pas l'histoire: si le petit aérodrome d'avant guerre est devenu un aéroport régional, doté d'une bonne infrastructure, c'est parce que, très proche de la base aérienne de Dijon qui manquait d'espace, il fut développé pour lui servir de terrain annexe.

 

Les Jurassiens préfèrent la Bourgogne

- "Deux pauvres ensemble ne font pas un riche"oui, mais riche de quoi?

Reléguer la région fusionnée en queue de peloton des régions françaises, comme pauvre, avec un PIB de 71,3 milliards d'euros est simpliste. Car cela fait un PIB de 24 765 euros de PIB par habitant, ce qui nous place au 9èmè rang des régions françaises derrière la Bretagne et devant Centre/Limousin/Poitou-Charentes.

Le fameux PIB, indicateur considéré comme l'alpha et l'oméga dans nos sociétés modernes présente de nombreuses limites.

Il y a d'autres richesses qui comptent pour nous Bourguignons et Franc-comtois et qui ne sont pas comptées dans le PIB.

Notre grande région sera riche de ses grands espaces,(4ème région de France pour sa superficie) riche de sa ruralité bien empreinte de modernité, riche d'une qualité de vie préservée, et d'un certain art de vivre avec la nature et les autres.

Depuis longtemps en Bresse du Jura, on a aboli les frontières départementales et régionales pour cultiver l'avenir. François Patriat n'est pas Charles le Téméraire et nos régions sont maintenant plus soeurs qu'ennemies!

 

 

 


.

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois - dans POINTS DE VUE & TÉMOIGNAGES