16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 19:53
Cérémonie de Fontainebrux, aire de la Résistance
Cérémonie de Fontainebrux, aire de la Résistance

Cérémonie de commémoration à l' Aire de la Résistance à Fontainebrux ,

Dimanche 11 mai 2014

Monsieur le Maire , Mesdames et Messieurs les élus de Fontainebrux,

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

En cette année du 70ème anniversaire du débarquement et de la libération, malgré les décennies qui défilent, c’est toujours avec la même ferveur et la même émotion que nous voici rassemblés pour célébrer la mémoire de nos chers disparus, morts pour la patrie au printemps de leur vie.

Le temps qui passe n’altère ni leur souvenir, ni le sentiment de reconnaissance que chacun garde au cœur, pour eux et tous leurs compagnons de la Résistance.

Au nom du Conseil général du Jura, de mes collègues, je salue avec respect le dévouement de toutes les associations du monde combattant qui œuvre fidèlement pour le devoir de mémoire et en particulier les membres de l’association du bataillon Pierre Semard et de son président.

Dans ce joli coin de verdure soigneusement entretenu et fleuri par la municipalité de Fontainebrux, vous avez souhaité ériger il y a trente ans déjà une stèle en l’honneur des Résistants FFI (Force Française de l’Intérieur) et FTP ( Francs Tireurs Partisans)

. Ici, près du chêne Francis, vous avez eu la volonté d’inscrire dans le paysage une trace visible du passé. Et pour que soit transmise une part de l’écriture de l’histoire, de l’histoire de vos amis de combat, nos héros, vous avez fait graver leurs noms dans le marbre pour la postérité : Antoine, Georges, Hector, Max et Pierre.

Ce mémorial est là aussi pour nous rappeler chaque jour, l’héroïque épopée de la Résistance qui naquit spontanément dans nos cantons à l’appel du 18 juin. 4Des hommes et des femmes de tout horizon ont su trouver la force de s’opposer à l’ennemi et à la barbarie en s’exposant parfois jusqu’au sacrifice de leur vie pour l’idéal qu’ils partageaient : les valeurs de la République.

C’est ainsi que vous, les combattants de l’ombre que nous honorons aujourd’hui, vous avez pris le maquis créé par Louis Buatois et André Guipet dans le bois de Fontainebrux.

Le groupe Francis spécialisé dans les sabotages ferroviaires, va sans cesse harceler et combattre l’ennemi.

Au risque d’être arrêtés, torturés, déportés, fusillés, vous avez transporté des armes, fait dérailler des trains, saboté les lignes et les ponts, coupé les fils téléphoniques, imprimé et distribué des tracts.

Vous avez été une des pierres angulaires de la Résistance, par votre proximité avec les terrains d’atterrissage clandestins et votre efficacité, vous avez permis aux illustres figures de la Résistance comme Jean Moulin, le Général Delestraint et bien d’autres, d’organiser la Résistance et la victoire.

Vous avez affronté le froid, la peur, le danger, la faim, mais vous avez toujours pu compter sur la connivence et la solidarité des habitants de notre Bresse, qui a toujours été une terre d’accueil, et pour vous le meilleur refuge avec son univers de bois et ses bocages.

Vous avez pu compter sur les fermières qui vous offraient le gîte et le couvert, sur les dames du château, les sœurs Bergerot qui accueillaient les personnalités de la Résistance et soignaient chez elles clandestinement de très nombreux résistants, sur les docteurs Michel et Perrodin , qui, chirurgien, et médecin de campagne, ont su rester héroïquement fidèles au serment d’Hippocrate.

Vous avez toujours pu compter sur les artisans, les gendarmes, les paysans et leurs attelages pour transporter les armes, les granges et les puits pour les cacher.

Il y a toujours eu pour vous une maison amie ouverte, la main tendue d’hommes et de femmes au grand cœur et à l’âme juste, d’un territoire fier et libre.

Nous savons ce qu’il en a coûté à la population de nos villages de chagrin et de larmes sous l’atrocité des coups, des représailles féroces, aveugles ou ciblées qui incendiaient les maisons, torturaient, déportaient, assassinaient des innocents.

Il est de notre devoir aujourd’hui de tirer les leçons de l’histoire et de jamais oublier le massacre de Fontainebrux. C’est au sacrifice de ces hommes que nous devons aujourd’hui de vivre dans une République, forte, belle et fraternelle. Enveloppés dans nos certitudes d’hommes modernes, nous tenons souvent la démocratie comme un bien acquis.

N’oublions jamais que les hommes sont capables d’atrocités au nom d’une idéologie.

La lutte contre l’oubli, l’ignorance, la haine, est un combat de tous les jours. Vous nous en avez montré le chemin, pour que nos enfants, nos petits enfants puissent eux aussi vivre dans un monde de justice, de paix et de solidarité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Brulebois